Vous n’êtes pas trop du genre à rester dans votre salle de sport et préférez transpirer a l’air libre. Certes. Mais dehors il fait froid voire très froid. Et honnêtement cela est à la portée de tout le monde et pas la peine d’être un sportif addict pour braver les températures basses.

Les dépenses énergétiques étant plus importantes, le métabolisme va chercher à brûler plus de calories (good news) et améliorer les performances (normalement).

Comment? En suivant mes conseils et en me donnant les vôtres en commentaires.

1/ Une protection optimale

C’est une question de bon sens et cela dépendra de vos habitudes et de votre sensibilité au froid.

Choisissez des vêtements certes confortables mais surtout adaptés et techniques avec une mention spéciale pour l’isolation thermique et la respirabilité. Eh oui, pas question d’être trempé(e) et de prendre froid.

img_7705

Vous avez dû lire et relire dans les magazines spécialisés en  running les sacro-saintes trois couches : t-shirt manches courtes, t-shirt manches longues et vestes. A retirer selon les températures.

2.  Protéger les extrémités

Les pieds, les mains doivent protéger si vous voulez éviter les engelures. Et si vous avez le syndrome de Raynaud, encore plus. Il s’agit d’un trouble chronique de la circulation du sang dans les extrémités, qui survient de façon périodique, en cas d’exposition au froid et, plus rarement, en cas de stress émotionnel.  Alors sortez votre paire de gants, une paire de chaussettes (voir deux pour les grands froids) et des chaussures imperméables.

Combien de fois me suis-je retrouvée les pieds trempés dans la neige à cause de chaussures pas adaptées du tout?

Si vous devez faire vos burpees dans un parc ou courir tranquillement, prenez même un sac à dos pour éviter d’avoir froid dans le dos et avoir sous le coude une couverture de survie, des chaufferettes et tout le bazar adéquat. Ne riez pas pour la couverture de survie. Mais lors d’une sortie longue, je m’étais blessée et impossible d’avancer. Je m’étais retrouvée assise et à geler. Heureusement, qu’un coureur qui passer par là avait sa couverture de survie. C’est léger et pratique.

Pour les collants, il existe, dans bien des marques spécialisées, différents collants. Personnellement, je préfère les collants de compression qui vont apporter du confort et qui colleront tellement que vous aurez l’impression d’avoir une seconde peau.

Protégez-vous aussi le visage et la tête avec un bonnet ou un bluff / tour de cour voire un masque.

Préparez vos affaires la veille d’une séance ou d’une course car en hiver, on se transforme en oignon. Et il serait tellement dommage d’oublier une des trois couches, un gant ou son buff.

3/ Adaptez-vous

Certains préféreront faire une trêve sportive hivernale et d’autres adapteront leur entraînement. Il faudra accepter la transition en douceur et éviter le « choc » thermique si vous n’avez pas l’habitude de courir dans le froid. Preparez-vous pour vos sorties hivernales en douceur.

4/ Changez de routines 

S’entraîner en hiver signifie aussi accepter de pratiquer  pas forcément de façon ardue mais plus intelligemment.

Changez de parcours et alterner run et renforcement par exemple. Allez-y tranquillement, ne forcez pas non plus. Entrainez-vous pendant le déjeuner.

5/ Échauffez-vous

Un échauffement efficace est primordial en temps normal et encore plus quand on s’entraîne dehors. Pour éviter les blessures et préparer votre corps à accepter des rythmes cardiaques plus élevés, il va falloir miser sur un échauffement efficace.

Le plus : vous pouvez vous frictionner les jambes avec une lotion anti-froid et/ou échauffez-vous à la maison en faisant quelques jumping jacks, squats et fentes.

img_9025

6/ Gagnez en mental 

Pas facile de faire une session de training ou de running dans le froid et pourtant vous y gagnerez sur plusieurs plans. Dont le mental ! Et oui, quand on passe une séance à souffrir, on rentre fier/fière de soi et gonflé(e) à bloc pour repartir. Les endorphines auront joué leur rôle !

7/ Buvez buvez 

Vous devez vous hydratez comme en été. En général, on ne ressens moins la soif en hiver mais il est indispensable de boire et se garder les bonnes habitudes.

8/ Embarquez vos amis

Pour gagner en motivation, prenez rendez-vous avec vos amis, inscrivez-vous dans les nombreux groupes qui existent. Ainsi, vous ne pourrez pas les lâcher à la dernière minute. Ca ne se fait pas. 😉

9/ Débutez face au vent

Quand vous vous lancez sur votre séance de running, commencez par courir face au vent, comme cela le retour vous semblera plus facile et vous ressentirez moins le froid surtout si vous transpirez beaucoup.

img_8231

10/ Connaissez vos limites

Pour éviter de prendre des risques inutiles, soyez raisonnables et en cas de très basses températures, restez chez vous ou allez dans une salle. Pas la peine d’aller poster ses photos sur les réseaux sauf si vous êtes un traileur /passionné de haute montagne car à -10 degré, c’est risqué quand même.

Quels sont vos trucs et conseils pour vous entraîner en hiver? 

A bientôt,

Nadia