Quitte à passer un week-end à Londres, autant en profiter pour faire un 10k. C’était pour mon petit défi personnel. Je me devais de persévérer.

20140723-100501-36301532.jpg

J’arrivais le vendredi matin pour pouvoir apprécier le charme londonien jusqu’à dimanche soir. Le lendemain, je récupérais mon dossard à Piccadily Circus. Les organisateurs ont planté leurs tentes rouges. Pour les coureurs internationaux, il faudra demander un stand spécifique. Et ils vous font confiance, ne demandent pas de carte d’identité, ni de certificat médical. A la limite, ils vous tendent toutes les enveloppes France pour que vous cherchiez vos noms. Le bénévole me remet la mienne avec un beau « thank you Darling » édenté.

La course

J’ai rendez-vous avec mon amie Ogeshi. J’avais déjeuné avec Laetitia et elle la veille. Ogeshi devait être facilement repérable, elle est déguisée en tigre. Sauf qu’avec les 25000 coureurs, je ne la trouvais pas. Tant pis, je déposais mon sac et  j’avançais vers la ligne de départ. Entre les deux lieux, nous marchions environ 1,5 km. Beaucoup de coureurs étaient présents pour supporter des associations caritatives. Sur le côté, en hommage aux héros de la guerre, des fanfares et des blindés défilaient le long des sas. Un émouvant God Save the Queen était programmée.

20140723-100459-36299749.jpg

20140723-100500-36300717.jpg

Les applaudissements étaient prémonitoires d’une excellente ambiance. Cela se sentait dans les sas, entre ceux qui participaient pour la bonne cause et les coureurs qui voulaient faire le chrono. Des sourires et beaucoup de partage. Ce fut l’effervescence que j’attendais.

Et juste avant de lancer le départ, une bande de tigres s’installent devant moi. Comme par hasard, je retrouvais alors Ogeshi, sa soeur, Sophie et Lucy. Nous avançons vers le départ et c’est parti. Sophie et Ogeshi ont décidé de courir avec moi. Il faisait déjà très chaud et leurs maquillages à rayures coulaient déjà.

Je me laissais transporter par la vague humaine et les applaudissements des spectateurs. A mesure que je parcours la route, j’observe aussi les monuments et bâtiments. Pour moi, c’est une course touristique. J’avais déjà parcouru le chemin en marchant et ce fut un véritable plaisir de retrouver cette architecture.

Mais au bout de 4km, je commence à avoir les jambes lourdes, très lourdes. Je ralentis, et j’ai des fourmillements dans les jambes, j’ai chaud et je profite des ravitaillements pour marcher un peu. Moi qui ai l’habitude de courir les 10km sans faire de pause, cela me parait bizarre. Je connais la cause mais je ne peux rien faire. Les spectateurs sont de plus en plus nombreux, me motivent et me soutiennent. J’adore, je continue de sentir mes jambes très lourdes mais ce n’est pas grave, je continue et j’essaie de faire abstraction de tout cela. J’aime cette ambiance, les sourires et les cris de ces inconnus. Comme je suis accompagnée de mon amie déguisée en tigre, les enfants hurlent : « Come on Tiger! Your rock! » Ogeshi fait très bien sont travail, on s’éclate à faire rire les petits.

Je croise Amadou et Aladdin. Amadou s’arrête pour prendre nous prendre en photos. On se retrouvera à la fin de la course.

Je croise aussi des militaires portant leurs sacs à dos apparemment lourds. Ils continuent de courir en hommage à tous ces soldats mort pendant la première guerre mondiale. Ils ont la foi.

20140723-100500-36300396.jpg

Nous passons devant Big Ben et là pause photo! Le parcours continue d’être énorme en émotions.

Il faut profiter des encouragements pour oublier la douleur des jambes. Nous terminons la boucle et je vois la ligne d’arrivée. Je jubile. La mascotte des héros se trouve imposante devant moi. Nous en profitons pour nous prendre en photo et nous retrouvons Sophie et la soeur d’Ogeshi que nous avions perdu dans la course. Nous nous félicitons.

J’ai adoré cette course malgré la chaleur et mes jambes lourdes.

Rendez-vous en 2015.

20140723-100501-36301072.jpg 20140723-100500-36300066.jpg