Comment créer son autodiscipline ?

Que ce soit dans sa vie personnelle ou par rapport à des objectifs sportifs ou professionnels, nous avons tous besoin de discipline.
Néanmoins, j’ai voulu en savoir plus sur cette pratique très en vogue dans les livres de développement personnels mais qui déjà bien présente dans la culture védique (culture indienne ancienne dont est issue l’Ayurveda). Votre autodiscipline vous aidera clairement à mettre en place des routines ou des rituels optimisés pour commencer ses projets et les finir surtout.
Depuis quelques années, je me suis créée ma propre discipline. Cela a mis du temps et surtout je me suis aperçue que j’en avais déjà quelques unes depuis toute petite. Et puis d’autres sont arrivés plus tard. Parfois, la persévérance et la volonté sont mises à mal à cause de problèmes, d’accidents de la vie, de refus ou de démotivation. Et justement, continuer à suivre sa voie nécessite beaucoup de discipline. 

img_3910-1

Qu’est-ce que l’autodiscipline ?

Quand on est dans un état de fluidité psychologique, tout roule, on peut faire des choses remarquables et qui ont de l’importance pour soi. Mais parfois, quand les obstacles émotionnels sont présents et empêchent la réalisation de soi ou d’objectifs, quand la seule volonté ne fonctionne plus, il faut repenser son environnement internet et externe. C’est là que nous allons intégrer des éléments.

Selon le Larousse, la discipline est une règle de conduite que l’on s’impose, maîtrise de soi, sens du devoir.

Cela peut aussi se définir par acquérir un contrôle de lui-même vers une autodiscipline.

Quand se créer son autodiscipline ?

Je pourrais dire à n’importe quel moment. C’est facile à dire mais le plus souvent, il s’agit de mettre en place un processus d’autodiscipline lorsque l’on sent que la volonté est mise à mal, quand les zones de résistance sont présentes et qu’on se dit : « Je bloque, là ! ».

img_2258

Quels sont les obstacles à l’autodiscipline ?

Les obstacles sont nombreux et il est intéressant de les reconnaitre quand il s’agit de discipline. D’ailleurs, la première chose que j’ai faite avant de retrouver une autodiscipline pour mon projet d’écriture (entre autres) fut de lister les principales difficultés éventuelles. En les connaissant, on peut déjà les accepter et par la suite réfléchir aux solutions à apporter.

Une des premières formes que j’ai rencontrées était certainement LA PEUR. La peur d’être jugée. La peur de ne pas réussir. La peur de se lancer. Cela a crée une certaine anxiété vis à vis de mes projets malgré mes compétences. Cela a entrainé une grande PROCRASTINATION comme si je n’osais pas aller de l’avant. Et le DOUTE s’ensuivit sans compter les multiples QUESTIONNEMENTS.

Il a fallu balayer une à une ces contraintes pour les transformer en action grâce à l’autodiscipline.

img_7212

Comment se créer son autodiscipline ?

Beaucoup d’artistes ou des personnalités sportives se forgent une autodiscipline pour acquérir aussi une force mentale et physique. J’aime beaucoup quand l’auteur de Autoportrait de l’auteur en coureur de fond, Haruki Murakami, marathonien comme moi, explique sa routine et l’état dans lequel il se trouve dans cette « contrainte voulue qu’est l’autodiscipline ».

Haruki Murakami – When I’m in writing mode for a novel, I get up at 4:00 am and work for five to six hours. In the afternoon, I run for 10km or swim for 1500m (or do both), then I read a bit and listen to some music. I go to bed at 9:00 pm. I keep to this routine every day without variation. The repetition itself becomes the important thing; it’s a form of mesmerism. I mesmerize myself to reach a deeper state of mind. But to hold to such repetition for so long — six months to a year — requires a good amount of mental and physical strength. In that sense, writing a long novel is like survival training. Physical strength is as necessary as artistic sensitivity.

The Paris Review, Summer 2004

« Quand je suis en mode d’écriture pour un roman, je me lève à 4 heures du matin et je travaille pendant cinq à six heures. L’après-midi, je cours 10 km ou nage 1500 m (ou les deux), puis je lis un peu et j’écoute de la musique. Je me couche à 21h00. Je continue cette routine tous les jours sans variation. La répétition elle-même devient la chose importante; c’est une forme de fascination. Je m’hypnotise pour atteindre un état d’esprit plus profond. Mais tenir à une telle répétition pendant si longtemps – six mois à un an – nécessite une bonne quantité de force mentale et physique. En ce sens, écrire un long roman est comme un entraînement à la survie. La force physique est aussi nécessaire que la sensibilité artistique. »
The Paris Review, Summer 2004

En développant une routine quotidienne, on va créer de bonnes habitudes et cela deviendra progressivement des automatismes constructifs à en devenir une évidence. Et on le sait bien qu’automatiser une habitude n’est pas ce qu’il y a de plus facile. Cela permettra d’avoir cette conscience de soi. Être conscient de reconnaitre nos émotions et sentiments au fur et à mesure qu’elles arrivent. Freud parlait alors d' »attention flottante« , cette attention permanente de notre état intérieur. D’ailleurs, quand je donne des séances de méditation, j’applique cela :  » observer ce qui est, juste là. »

Voici quelques conseils pour mettre en place sa discipline pour augmenter ses chances. Comme on s’entraine pour un marathon, on s’entrainera aussi pour cultiver cette autodiscipline. C’est un muscle qui va nous permettre d’avoir l’esprit plus clair et d’avancer par un contrôle des émotions, la satisfaction tardive de nos désirs et réprimer nos pulsions. À partir de cela, nous pourrons gagner en productivité et devenir plus efficaces. Cela se tente, non ?

  • Analysez la situation initiale  : où en êtes-vous  ? Que se passe-t-il quand on n’a plus cette discipline ?
  • Inspirez-vous d’une personne qui vous inspire dans le domaine voulu, renseignez-vous sur ce qu’elle ou il a pu faire et son engagement pour arriver à son objectif. Que ferait-elle à votre place ?
  • Soyez curieux. Lisez, informez-vous, pratiquez et gagnez en compétence dans votre domaine.
  • Développez des routines quotidiennes. (Voir ci-dessous)
  • Evitez les distractions éventuelles (télé, smartphone, … ). Utilisez une application ou une méthode comme POMODORO pour optimiser votre temps.
  • Soyez engagé(e) et focalisé(e) sur vos objectifs. Notez-les sur des post-its, créer un groupe de motivation qui ne soit pas non plus consommateur de temps.

Quelle routine quotidienne pouvez-vous créer?

Une fois que vous avez écrit votre objectif selon le fameux acronyme S.M.A.R.T , vous pourrez vous lancer dans une liste quotidienne sur un carnet. J’affectionne particulièrement les carnets et l’écriture papier pour avoir ce luxe de rayer ma routine accomplie. Pour rappel, S.M.A.R.T signifie :

SSpécifique – Soyez précis sur votre objectif. Par exemple. J’aimerais écrire un roman jeunesse. 

M. Mesurable. Par exemple.J’écrirais 500 mots par jour pour mon roman.

A. Atteignable. Ne cherchez pas à faire des choses trop compliquées. Allez-y par palier. Par exemple. Je souhaiterais terminer dans 6 mois.

R. Réaliste. Par exemple.. J’ai les compétences pour écrire ce roman, j’ai plusieurs excellentes idées. 

T. Temporellement défini. Ecrire une date limite à court terme, moyen terme et long terme. Par exemple. Le 30 juin, je donne ma version définitive.

Ma routine quotidienne du matin 
  • Automassage
  • Réaliser des exercices de respiration. (Venez me voir pour cela. Je donne des séances sur ZOOM)
  • Méditer
  • Sport (running, musculation, …)  ou yoga
  • Automassage
  • Autosuggestion
  • Ecrire 500 mots par jour
Ma routine du soir 
  • Bilan de la journée
  • Gratitude
  • Méditer
  • Yoga ou running

Evidemment, le mieux est de créer sa propre routine qui vous conviendra le mieux.

Quels résultats pouvez-vous obtenir grâce à votre autodiscipline ?

Les résultats sont multiples. non seulement, je réussis à être efficace mais ces routines m’aident aussi à être sereine et à être plus patiente quant à mes objectifs. Après avoir été disciplinée, je me sens plus forte mais aussi plus résistante et plus tolérant. Je n’oublie jamais de me récompenser pour tous les efforts effectués que ce soit sportif, personnel ou professionnel.

D’ailleurs, je n’arrête pas de raconter à mes élèves le pouvoir de l’effort et de la persévérance avec la satisfaction au bout.

Allez, on s’y met.

Nadia

  1. Cet article est vraiment très intéressant… J’avais bien également bien aimé cette approche dans le livre de Murakami. Je crois qu’à titre personnel ce qui me freine le plus dans l’autodiscipline c’est le sentiment (qui n’est pas forcément justifié d’ailleurs) de me rajouter des « contraintes » dans une vie déjà très normée… D’où l’intérêt qui vient en début de ta présentation de savoir pourquoi et dans quel but on le fait. Car dans le même temps malgré un « cadre » très fort, aucune de mes journées ne se ressemble et j’aime beaucoup retrouver mes petits points de repères hebdomadaires…le run du dimanche midi, le yoga du mardi soir, les minutes de lecture chaque matin, …et en même temps j’aime aussi faire « l’école buissonière » … mais quel plaisir de voir son efficacité améliorée par ces routines…
    Tout ça pour dire que cet article me fait beaucoup réflechir 🙂

    1. Merci pour ton message. 🙏🏼Effectivement, si à partir du moment où cela devient une contrainte, peut-être faudrait revoir ses objectifs de façon à ce qu’ils soient plus atteignables. Mais quelle satisfaction à la fin. 😀

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :