J’ai testé les chaussures Kiprun KD Light Décathlon

Après avoir terminé le test de la KS Light, il est temps de vous raconter le test des KD Light de Kiprun.  Décathlon a lancé cet été les deux paires de chaussures haut de gamme qui se ressemblent un peu mais qui ont tout de même leurs propres particularités. Elles n’ont rien à envier aux autres équipementiers avec un excellent rapport qualité/prix.

Avec un look bien estival, je me suis bien amusée pendant ces quelques mois. J’ai pu les tester sur terrains secs et mouillés. Je les ai aussi testées sur des sentiers mais surtout sur route. La KD Light peut être considérée comme polyvalente pour des courses du 10km au marathon.

Pour qui ? Les coureurs ou les coureuses avec des foulées neutres. Comme elles sont légères, elles ne sont pas au top pour un(e) coureur(se) au delà de 70 kilos.

img_6917

1. Le look

Une design sophistiqué et bien coloré pour la KD Light. Personnellement, je les adore. J’aime beaucoup ces couleurs acidulées. Et sachez que lorsque je les ai portées pour la première fois à l’école, mes élèves ont tout de suite remarqué. Ils souhaitaient même savoir s’ils existaient pour les petits.

La promesse de la KD Light: légèreté et stabilité

2. Les technologies de la KD Light

Comme pour les KS Light, elles bénéficient de plusieurs technologies. Les équipes Kiprun Kalenji ont bien progressé. Effectivement, depuis le temps que je teste les chaussures, j’ai bien remarqué une évolution en termes de dynamisme et d’amorti.

  • Le Up’Bar est une pièce en TPE (Pebax) Se trouve sous la chaussure et permet une chaussure plus dynamique avec une bonne relance.
  • K-Only. Une mousse plus dense sous le métatarse pour une chaussure universelle.
  • K-Ring est un concept unique d’amorti arrière. Les ondes de choc des impacts au sol diminue en se dispersant sur toute la chaussure.
  • KalenSole : une mousse EVA sur la semelle intermédiaire apporte une amélioration de l’amortit et un bon retour d’énergie. 

3. Mon avis

Mes premières impressions

Je ne m’attendais pas à une telle légèreté avec 215g pour une chaussure en pointure 39. Belle surprise. Je me suis même demandée comment on pouvait courir jusqu’à un marathon avec une légèreté comme le disait la promesse ?

J’ai pu les tester sur différentes distances de courses et même en marche rapide aussi, par curiosité.

Puis, en termes de pointure, je chausse normalement du 39 en chaussures de ville et pareil en chaussures de running chez Décathlon. Dans ce cas, je n’ai pas eu de mauvaise surprise avec un éventuel changement de pointure selon la marque et le modèle.

En termes de confort, je savais que mes pieds seraient bien. La première impression compte beaucoup pour moi. Je teste beaucoup de chaussures et je n’avais pas envie de me blesser et les premiers pas sont les plus décisifs. Je n’avais pas envie du tout de me blesser et je savais que ce ne serait pas le cas avec les Kiprun KD Light. Première impression nickel.

img_6912

Le confort et amorti

J’avais l’habitude de courir avec des chaussures de course avec un important amorti. J’aime bien être à l’aise dans mes chaussures et j’ai trouvé un bel équilibre entre confort et dynamisme.

J’ai pu observer ce confort lors de mes sorties longues et j’ai pu apprécier la semelle. Cette dernière joue certainement dans la prévention des blessures. J’avais retrouvé mes superbes sensations. Ce sont des chaussures qui m’ont rassurée rapidement quand j’en ai eu besoin.

Le seul point qui me gênait encore était la languette. Elle se repliait toujours vers l’avant. Je cherchais toujours à la remettre en place mais bon, finalement je la laissais pliée. Elle me laissait tranquille.

Elles sont certes confortables mais aussi dynamiques et performantes.

Quant à l’amorti, la semelle Kalensole promet 800km sans perte.

img_6901

Une légèreté dès la première impression avec une chaussure qui pèse 215g en 39.

La respirabilité

Les séances se sont plutôt déroulées durant l’été avec des chaleurs bien importantes surtout en Grèce puis en Turquie. J’ai pu aussi les tester avec des chaussettes plus ou moins fines. Et le résultat fut correct : pas de transpiration excessive et l’évacuation se faisait correctement.

Néanmoins, avec des chaussettes plus épaisses et sur une sortie longue, j’avais ressenti plus de sueur surtout en les retirant. Après, je pense que c’était dû aux chaussettes plus épaisses. Car avec les chaussettes fines, cela convenait parfaitement même sur une sortie longue.

La semelle extérieure est faite pour la flexibilité mais avant tout pour plus de retour d’énergie et d’amorti aussi surtout au niveau des points stratégiques du pied.

La semelle intermédiaire : la protection des articulations se fait grâce aux semelles et Décathlon Kiprun a aussi misé sur cette technologie.

L’adhérence

Une accroche nickel que ce soit sur sol sec ou humide. Je n’avais pas l’impression de glisser ou d’avoir peur de glisser sur la route. Quand on regarde de plus près, la texture et la géométrie de la semelle y sont pour quelque chose. J’ai pu la tester aussi sous la pluie, lors des 16km Paris Versailles et même dans la descente vers Versailles, j’ai pu courir en toute sécurité.

Je n’ai eu aucune irritation ou de problème d’ampoules en les portant. Néanmoins, comme la KS Light avait causé deux ampoules sur le dessus du pied, au niveau de la languette. Cela me convenait d’avoir une languette pliée finalement.

En bref, j’ai bien senti le rebond à chaque foulée grâce aux technologies Up’Bar et à la semelle, en EVA, Kalensole.

Le dynamisme 

J’avais trouvé la Fast vraiment à mon goût : confortable et dynamique. La KS Light était tellement légère et dynamique. Et avec la LD Light, l’ensemble confort et dynamisme me convenait complément. Que ce soit pour les fractionnés ou les sorties longues, je me sentais bien. Plus besoin de porter les chaussures lourdes que je prenais pour mes sorties longues. J’avais peur qu’elles ne soient pas assez agréables pour mess semi-marathons. Finalement, lors des 20km de Paris, j’avais pu observer et ressentir l’amorti.

En alternance avec une autre paire, la KD Light est un coup de cœur d’autant plus que l’amorti proposé peut éviter d’éventuelles blessures.

Les points d’améliorations :

  • La flexibilité : le déroulé ne se fait pas si naturellement. En portant régulièrement la KD Light, la chaussure se fait plus flexible mais j’aurais aimé l’avoir dès le début.
  • La rigidité autour du talo, : Je ressentais cela comme trop de maintien, du moins au début. 
  • Les petites zones réflectives n’existent pas et c’est vrai que je trouvais cela bien pratique pour être vue.

Drop : 8 mm

Poids : 240g

Prix : 90€

En conclusion, c’est une chaussure qui ne paie pas de mine et qui mérite qu’on la découvre. De plus, elle arrive presqu’au niveau des chaussures de grands équipementiers. Et encore quelques progrès technologiques et elle sera à la même hauteur. Nous retrouvons alors chaussure confortable, légère et dynamisme. Bref, en résumé une chaussure bien comme il faut. Même quand il pleut.

Vous la connaissez ? Qu’en pensez-vous ?

A bientôt,

Nadia

 

 

 

 

Publié par

Runneuse, hyperactive et parisienne, je profite de la vie comme il se doit! J'adore partager mes aventures sportives et parfois moins sportives.