Parlons cyber harcèlement

La semaine dernière, j’ai été invitée pour les conférences aufeminin lors de leurs Learning Days. Lundi sur les femmes malades ou précaires, mardi sur la féminisation du sport et mercredi sur le cyber harcèlement, en collaboration avec Heyme, assurances et mutuelles étudiantes. Un thème qui me tient à cœur en tant que professeure des écoles et en tant que maman.

Alors, certes, on peut se dire : Nadia, tu as un blog de sport ? Oui, et aussi un blog de bien-être. Et notre bien-être passe aussi par le bien-être de nos enfants et adolescents. C’est même un devoir de tous les citoyens, avec ou sans enfants. Ça commence par un message « pour rigoler » et puis cela peut aller très loin. Et sur les réseaux sociaux que nous, adultes, fréquentons, nous rendons bien compte des affreuses conséquences sur certains.

Il est clair que nous ne pouvons pas faire semblant face au désarroi des enfants.

img_1845

Le cyber harcèlement : qu’est-ce ce que c’est ?

Selon l’association Marion La main tendue, le cyber harcèlement est une forme de persécution par le biais d’Internet, des réseaux, des mails, des sms.

Cela peut être des insultes ou des moqueries qui sont envoyées sur les réseaux sociaux de façon rapide.

Pour la loi, il y harcèlement scolaire lorsqu’un élève a des propos ou comportements répétés vis-à-vis d’un autre élève ayant pour but ou pour effet une dégradation des conditions de vie. Ils se traduisent par une altération de la santé physique ou mentale de la victime.

Un Tweet ou un RT est une forme de harcèlement. Une vidéo de Happy slapping (filmer des personnes qui en frappent une autre), une photo intime, se faire passer pour une autre personne sous prétexte d’insulter une autre : ce sont des formes de harcèlement.

C’est terrible : imaginez cela pour un adulte. C’est déjà lourd à porter. Imaginez maintenant cela pour un enfant, c’est encore pire. Parfois, les harcèlements peuvent pousser certains enfants ou adolescents au pire : le suicide plutôt que de se confier à quelqu’un ou de supporter ce harcèlement.

Lâcher prise

Comment peut-on repérer une personne victime de cyber harcèlement et plus précisément des enfants ou adolescents ?

 Les conséquences existent et soyons vigilants : que nous soyons parents, professeurs, éducateurs ou autres. Quand nous observons certains changements chez des enfants ou adolescents, il faut agir et trouver des solutions rapidement avant que la situation n’empire.

  • Un enfant qui a soudainement du mal à se concentrer alors qu’avant il n’y avait pas de soucis.
  • Des problèmes de sommeil.
  • Une confiance en soi qui s’abîme : il ne supporte plus son visage, son corps.
  • Il ne supporte pas de recevoir une notification et sursaute quand un message arrive. De peur que ce soit un message de harcèlement.
  • De l’automutilation
  • N’a plus faim ou encore se réfugie dans la nourriture

Et plein de « petites » choses  qui peuvent être graves.

img_1112

La prévention avant tout

L’éducation se fait aussi bien à l’école et dans les familles. Le harceleur connaît les failles du harceleur. C’est pour cela que tout le monde doit être concerné.

En tant que maîtresse, je suis très sensible à ce sujet. J’ai toujours une écoute attentive à ce que l’on me raconte. J’ai expliqué à mes élèves qu’ils avaient le droit de me raconter ce qu’ils vivent ou éventuellement subissent. Nous nous réunissons aussi pour des débats, des situations et aussi de la prévention.

Il y a tout un dossier concernant le harcèlement envoyé dans les établissements scolaires ou à disposition des professeurs.

Dès le plus jeune âge d’ailleurs. Cela commence dès tout petit quand plusieurs enfants jouent à frapper un autre, ou à jouer aux chiens et aux maîtres puis quand ils grandissent. Dans les cours de récréation, certains se regroupent pour humilier ou ricaner contre un élève, d’autres attendent de sortir pour embêter et harceler, d’autres continuent au collège, au lycée voire plus tard.

Il m’est déjà arrivée de régler des situations graves qui avaient commencé un début de week-end sur des groupes Whatsapp puis sur Snapchat avec des insultes et autres menaces en dehors de l’école.

Un lundi, j’ai senti qu’il s’était passé quelque chose. Certains élèves étaient au courant et étaient dans le groupe en tant qu’observateurs. Là aussi, il fallait expliquer le rôle des témoins dans le harcèlement. Ne rien faire, c’est aussi être complice.

Convocation des parents, explication auprès des enfants harcelés et harcelant puis au groupe classe. Ce n’était qu’un « petit » cas de harcèlement mais pour moi, il était indispensable de s’en mêler tout de suite.

img_2439

Je pratique aussi la méditation pleine conscience en classe et le yoga en sport. Ces deux pratiques ont permis de travailler sur la bienveillance, le respect des uns et des autres et de soi-même, la confiance en soi et aux autres. Je propose souvent des exercices où un enfant se met au milieu d’un petit groupe. Il met les mains en croix et ferme les yeux. Les autres doivent le « soutenir » physiquement. L’enfant du milieu se laisse aller dans les mains de ceux qui le soutiennent. Il lâche prise et fait confiance. C’est un travail fastidieux au début car certains n’ont pas envie et je le respecte. Puis, ils reviennent à leur rythme. Je me rends compte que cela leur fait du bien aussi. Le climat de classe s’en ressent.

J’ai appris énormément aussi lors de cette soirée et au vu des témoignages poignants lors de cette conférence mais aussi en discutant autour de moi.

Des solutions existent pour accompagner ces jeunes. Parfois, ils ne savent pas à qui se confier et trouver une solution.

Avant d’en arriver à la procédure judiciaire, il faut savoir qu’il existe un numéro vert gratuit et confidentiel avec un service d’écoute du lundi au vendredi de 9h à 18h.

N• Net Écoute : 0800 200 000

 

Des associations existent aussi : l’association Marion La Main Tendue, créé par Nora Fraisse après le décès de sa fille de 13 ans Marion. Elle propose des solutions pour les jeunes mais aussi pour les établissement scolaires et les parents avec des interventions et des formations aussi. Il est essentiel d’en parler.

A bientôt,

Nadia

Ce billet est un billet sponsorisé par Heyme, assurance étudiante, partenaire de la campagne de cyber harcèlement #HEYMElearningdays chez aufeminin. .

 

 

Publié par

Runneuse, hyperactive et parisienne, je profite de la vie comme il se doit! J'adore partager mes aventures sportives et parfois moins sportives.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s