Site icon Nadia Runs Paris

Parlons du romarin, une herbe aromatique indispensable

Hello,

Je suis arrivée dans une belle maison grecque et ce que je regarde d’abord, c’est le jardin. Je n’ai pas la chance d’avoir un jardin parisien alors dès que je peux, j’en profite pour en avoir ou en visiter un les week-ends et en vacances.

J’aime profondément les herbes aromatiques et la phytothérapie en général. Cela m’intéresse vraiment et je continue mes recherches personnelles pour ma curiosité intellectuelle. Idéalement, je souhaiterais faire des études de naturopathie mais cela coûte très cher et j’adore mon métier (parfois épuisant) de prof. 

Quand j’arrive dans ce jardin grecque, je suis interpellée par les massifs de romarin. Il y a partout. Je sais que je vais pouvoir les cueillir selon mon usage personnel et en rapporter aussi en France. Effectivement, dès septembre, je commence mon rituel annuel avec le début des infusions :  ma petite infusion de thym et de romarin qui m’attende sur mon bureau pour booster mon immunité avant l’hiver. Certains de mes collègues se moquent. Je leur explique pourtant que pour éviter les maux de l’hiver, cela pourrait les aider. Cela fait bien longtemps que je n’ai plus de rhume, ni d’angine. Je fais attention à mon alimentation et à tout ce qui pourrait m’aider à booster mon immunité. 

Je cuisine toujours avec du romarin : dans mes salades ou mes pommes de terre au four, cette herbe apporte une saveur délicieuse qui sent bon les vacances.

C’est pour cela que j’avais aussi envie de vous parler du romarin et ses différentes vertus.

Je vous emmène dans un voyage divin en Méditerranée.

Le romarin

En latin, on l’appelle Rosmarinus officinalis. On le trouve surtout dans le pourtour méditerranéen et en Grèce (où je me trouve), il y en a pléthore !

En vrai, tu peux faire pousser partout cet arbuste aromatique, vivace à feuillage persistant et touffu (à part sur le balcon de ma copine Sonia) et aucun soin à apporter. C’est une plante indépendante et j’adore ça.

Pour la petite histoire, au Moyen-Âge, on croyait qu’il portait bonheur et protégeaient es sorcières et des esprits malins, tandis qu’il tonifiait la mémoire.

« Le romarin est indiqué contre la faiblesse du cerveau et contre le rhume. » pouvait-on lire dans un livre de botanique datant de 1526.

« Si tu te sens faible, fais bouillir des feuilles de romarin dans de l’eau pure et lave-toi. Ensuite, tu resplendiras. (…) Respire-la et tu sentiras jeune.  » 

Les boutures sont faciles à faire. Il suffit de couper une branche et de la mettre dans l’eau, le temps que la racine ne vienne.

 Ses bienfaits

Les vertus de bien-être et beauté sont multiples et pas simplement en cuisine.

  1. L’huile essentielle de romarin permet de soulager les maux de ventre, aide la circulation veineuse, évite les maux de l’hiver et protège de l’anxiété. J’en parlerais dans un prochain article avec des recettes spécifiques.

Soit tu achètes directement ton huile essentielle et tu le mélanges à l’huile de calophylle ou une autre huile, soit tu peux faire ton huile en mode DIY. Je laisse plusieurs branches de romarin dans un récipient fermé en verre contenant de l’huile d’olive. Je laisse au soleil pendant 6 semaines au moins (en Grèce c’est facile d’avoir du soleil). Puis, je l’utilise comme massage pour la détente le ou pour soulager une petite douleur articulaire ou musculaire.

Comment l’utiliser ?

Que ce soit en infusion, en décoction ou en cuisine, le romarin fera toujours plaisir. C’est même le petit bouquet qui fera ravir les cuisiniers ou cuisinières. Quand mes amies m’en rapportent, je suis toujours heureuse. Au moins, le bouquet sera utilisé aussi.

Infusion :Vous mettez de l’eau a bouillir pendant 2 à 3 minutes. Versez la sur les plantes dans une tasse ou une théière. Puis, laissez infuser 10 minutes. Ensuite, retirez les herbes.

Décoction : faire bouillir l’eau en même temps que les plantes pendant 2/3 minutes puis éteindre le feu. Laissez 10 mn. Retirez les plantes.

Cuisine : il suffit de les parsemer sur les salades ou les pommes de terre avec un filet d’huile d’olive.

Huile essentielle : cela fera l’objet d’un autre billet.

Comment le conserver ?

En général, il met une semaine à 10 jours pour sécher. Je coupe les différentes branches et je les laisse à l’ombre. Jamais au soleil ou en pleine lumière. Une fois secs, je récupère les petites « épines » dans un panier ou un sac. Puis, direction un bocal pratique. Mais pour l’emmener en France, je le mets dans un sac en tissu.

Sinon, je peux aussi rassembler les branches en bouquet et le faire sécher à l’envers.

Deux recettes rapides

Je peux ajouter le romarin partout dans mes salades ou mon rôti. Ça sent bon dans la maison.

Si vous avez une recette fétiche, n’hésitez pas à la partager.

A bientôt,

Nadia

Sources : Plantes médicinales de la Grèce – Georges Sfikas

Plantes, herbes, légumes verts, fruits de Myrsini Lambraki

Quitter la version mobile