J’ai testé la FuelCell Impulse de New Balance

Juste avant de partir en vacances à Barcelone, j’ai eu la chance de participer à une rencontre avec l’athlète New Balance Simon Krauss que j’ai pu interviewer. (L’interview sera publiée plus tard d’ailleurs).

C’était à l’occasion du lancement de la nouvelle chaussure FuelCell Impulse. Une chaussure qui n’avait rien à voir les précédentes gamme. Quand on parle de nouveauté, New Balance arrive avec une chaussure qui va dépoter sur les pistes.

Boosté par la technologie révolutionnaire d’injection d’azote sur l’avant-pied. Ca en jette, non ?

Pour poser les bases, on peut déjà dire que la promesse est celle d’être une chaussure rapide et avec un retour d’énergie hallucinant.

J’ai plutôt l’habitude de courir avec les chaussures New Balance utilisant la technologie Fresh Foam : les 880 v7, 1080 v7, 1080 V8 et la Zante. Avec beaucoup d’amorti, ce qui me rassure pour mes sorties longues. Je les adore. Et quand j’ai vu les FuelCell Impulse, je ne connaissais pas du tout. Aucun précédent dans la gamme et aucune comparaison avec un autre produit. C’est la nouvelle chaussure dotée d’une nouvelle technologie.

J’ai pu les tester sur la piste, en fractionnés sur la route ou sentier et même une sortie longue.

Je ne m’attendais pas à ce que New Balance sorte une nouvelle chaussure. Leur gamme était déjà complète mais pourquoi la sortir maintenant ?

C’est ce que je vous expliquais par la suite. Mais lors de la présentation à l’hippodrome de Longchamp, j’ai pu déjà dégager trois qualités :

  • La légèreté
  • La vitesse
  • Le dynamisme avec le fameux retour d’énergie
  • Certes, je focaliserais mon test sur ces trois points mais j’en préciserai d’autres : la respirabilité, le maintien, le kilométrage, le confort, etc.

1. Mon avis

Quand j’ai ouvert la boîte, j’ai fait Wouah ! Effectivement, une chaussure, rose pâle pour les femmes et orange pour les hommes, légère et lookée subjugue toujours. J’ai tout de suite envie de les porter. Même le mesh bien tissé donne un aspect stylé. Je l’ai portée aussi en lifestyle pour voyager.

C’est une nouvelle chaussure neutre parée pour la vitesse. De quoi nous faire aimer les fractionnés ! Côté pointure : nickel. Je fais habituellement du 38,5 et je porte du 39 chez New Balance. Aucun changement. Ça me va. Évidemment, quand je porte la chaussure pour la première fois, j’ai senti le maintien de l’avant-pied mais très vite, c’était oublié. Contrairement à la Solar Boost, qui me faisait vraiment mal et qui malgré la bonne pointure, ne me convenait pas.

La semelle extérieure

Fabriquée pour durer. Mais il va falloir que je la teste encore quelques mois pour vérifier cela. Je compléterai mon test plus tard.

La semelle intermédiaire

C’est vraiment ici que réside le changement, i.e. la nouvelle technologie New Balance. Créée à base de nitrogène, la chaussure FuelCell arrive pour relancer le pied et offrir plus de dynamisme. Je l’ai constaté lors du premier test sur la piste. Notre coach du jour Simon Krauss, athlète New Balance, nous expliquait les différents ateliers. Un des premiers était de savoir dérouler correctement le pied. Cela a l’air très facile au premier abord mais finalement, cela demande plus d’attention et de concentration.

Cette semelle est faite pour la vitesse. Lors des premiers tests sur la piste, nous avons aussi travaillé sur l’avant du pied. Je sais que je te tente de travailler cela mais l’attaque talon me guette souvent. Finalement, tout le travail du déroulé du pied apparaît aussi comme aisé grâce à la forme de l’avant-pied. J’avais l’impression de griffer le sol comme jamais ! 😉

Une belle accroche aussi bien sur la piste que sur la route avec la technologie Blow Rubber que l’on trouve sur les autres chaussures.

Le dessus du pied

Quand je regarde la chaussure, je sens que le travail de précision a aussi été réalisé sur le mesh. Certes, cela donne un look sympa mais pas que pour cela. J’essaie de ne pas la comparer aux autres modèles de New Balance mais je constate une belle amélioration tout de même.

Le maintien est parfait. Ni trop serré, ni trop large. Habituellement, plusieurs tailles de largeurs existe dans la marque. Mais pour cette nouveauté, ce sera une unique largeur. Et j’appréhendais un peu avant car je me disais qu’avec mes pieds larges, je ne rentrerais pas. J’aime être à l’aise dans mes chaussures mais pour les chaussures de fractionnés, je ne souhaitais pas non plus me retrouver dans des chaussures trop confortables, un peu chaussons.

Finalement, c’est juste ce qu’il faut en maintien.

Sur le chaussant, comme il n’y a pas de couture, je n’ai ressenti aucun frottement ni ampoule. D’ailleurs, je les ai portées sans chaussettes par curiosité. Et pareil, aucun frottement ni ampoule.

La seule chose concernant le chausson qui me gênait était lors d’un retour de plage. Je les avais portées pendant la course puis retirées pour profiter une récupération à la mer. Mais au moment de les reporter, j’ai eu du mal à les remettre, certainement à cause de mes pieds qui avaient gonflé. Rien de grave mais c’est comme si je portais des chaussettes de compression. Après, en forçant un peu, j’ai pu les remettre sans problème.

Comme le chaussant est bien couvrant sur l’avant pied, quand je courrais sur le sable, aucun grain ne venait me gêner. Le chaussant reste anatomique, il est aussi agréable agréable à porter. C’est aussi grâce au mesh. Un conseil : n’hésitez pas à « faire » la chaussure avant pour voir ce côté chaussettes (si vous ne connaissez pas). Cela vous permettra de vous habituer. D’ailleurs, je me pose la question pour un triathlon, elles pourraient faire l’affaire.

Du dynamisme et de la vitesse pour la FuelCell Impulse

J’ai constaté beaucoup de relance que ce soit sur les ateliers athlétiques ou sur les fractionnés. C’est grâce à une flexibilité certaine aussi qui va aider le pied à se dérouler. Je les ai testées aussi en mode sortie longue et bien qu’elles soient endurantes, elles sont vraiment faites pour aller sur la piste. C’est une chaussure légère et rapide même pour moi qui ne suis pas trop fractionnés (mais qui les fait quand même). L’effet nitrogène de la semelle fonctionne bien avec moi. Au moment du premier impact de l’avant-pied, le retour d’énergie se fait immédiatement. C’est une chaussure qui en jette ! Elle fera parler d’elle en termes de look mais aussi de technologies. Une belle surprise.

Le drop est de 6 mm même si on a l’impression de moins. Néanmoins, aucune adaptation n’est nécessaire comme pour les chaussures minimalistes.

 2. Les points d’amélioration

  • Je n’ai pas couru avec sous la pluie sous simplement par ce qu’il n’y en avait pas. Logique. Mais cela permet de dire qu’elles ne sont pas imperméables vu le mesh. Mais ce serait un point à voir pour les sessions pluvieuses.
  • Ce serait bien aussi de prévoir plusieurs largeurs comme New Balance le fait déjà sur d’autres chaussures. Cela permettrait d’avoir le choix.

Clairement, ces chaussures sont uniques et lancent le début d’une nouvelle gamme chez New Balance. Grâce à sa semelle FuelCell composée d’un dérivé de TPC et de nitrogène, elle apporte dynamisme et vitesse tout en appréciant le confort et en gagnant en stabilité.

Et si vous souhaitez avoir l’avis d’un expert masculin qui a testé aussi la FuelCell, n’hésitez pas à aller sur le blog du Geek Sportif.

N’hésitez pas à les essayer en magasin !

A bientôt,

Nadia

Publié par

Runneuse, hyperactive et parisienne, je profite de la vie comme il se doit! J'adore partager mes aventures sportives et parfois moins sportives.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s