Durant ma préparation Marathon, j’ai pu être conseillée par les coachs Challenge Coach proposés pour la Team New Balance. C’était une chance pour toute l’équipe de pouvoir bénéficier d’un accompagnement personnalisé et précieux pour la préparation du Marathon de New-York pour nous et de Marseille-Cassis pour les copains.

Je sais que je suis une privilégiée et je remercie New Balance d’avoir bénéficier de cet entraînement tous les samedis et du suivi de coaching. Avec leurs GoPros et leurs œils aiguisés, les coachs étaient présents. Je savais que je ressortirai après chaque séance avec une notion en plus. Je sais qu’il y a autant de techniques de coaching que de coachs. Et nous avons eu la chance d’en connaître deux : Philippe et Gwen de Challenge Coach. Différents et professionnels.

Bien sûr, je rencontre régulièrement d’autres coachs professionnel(le)s et diplômé(e)s qui feront attention à vous et vous éviteront de vous blesser bêtement, qui ne resteront pas sur le côté à vous regarder à peine avec un chrono (c’est du vécu) et qui vous pousseront à vous dépasser.

Voilà donc ce que ces mois d’entraînement m’ont appris.

  • La ténacité

Quand tu sais que l’échauffement et la mise en route sera intense, tu serres les dents et tu y vas. Je n’étais pas seule. Je savais que j’étais accompagnée pour mes objectifs et que je devais bouger pour les tenir. Je m’en souvenais lors de ma course d’ailleurs.

  • La confiance en soi

À chaque fois que je venais le samedi, j’étais épuisée de ma semaine, surtout avec la rentrée. J’étais motivée de revoir la Team tous les samedis. Je savais que j’avais une belle opportunité de courir ce fabuleux marathon. Les coachs ont su me redonner confiance en moi quand je doutais, quand j’avais l’impression de ne pas avancer. Et pourtant, leurs mots résonnaient dans ma tête et me donner envie d’en faire plus.

  • Gérer la foulée

Ils m’ont aussi appris à développer une foulée différente de celle que j’avais. Leurs différentes techniques me montraient que je pouvais gagner quelques centimètres, que je pouvais allonger mon corps plutôt que de rester tassée. Il me reste encore à apprendre mais je sens que je me sens moins éléphant qu’avant.

  • Le placement technique des bras

Je me souviens de ma première séance, Gwen me disait de garder mon énergie et de bien placer mes bras. « C’est mécanique.  » j’avais dans ma tête ce fameux rappel des bras. Même quand je sentais que mes bras n’avaient qu’une envie, celle de se laisser tomber, hop, je repartais avec l’objectif de maintenant mes bras droits et sans perte d’énergie.

  • Gérer le stress

Ce fut la gestion du stress par le rire. Notre coach Gwen tellement rigoureux et strict lors de nos entraînements s’est transformé lors de notre voyage. Avec son humour, nous étions tous détendus et relâchés. Et même avant d’entrer dans le sas, nous continuons à rire et faire des blagues. Et sincèrement, ça fait du bien.

  • Des techniques d’échauffements et d’étirements 

Les deux coachs avaient programmé leurs échauffements de façons différentes et efficaces. Entre Philippe,qui nous faisait des différents jeux, de relais, de vitesse et Gwen, plus classique, je découvrais des nouvelles façons de m’échauffer. J’en tenais compte lors de mes séances hebdomadaires sans coaching. Je découvrais même des façons d’étirer que je ne connaissais pas avant. Et pourtant, j’en côtoie des coachs.

  • L’alimentation 

Avant le Marathon, on a fait attention au mieux à ce qu’on mange. Même le temps, je demandais à Gwen : « ça je peux ? Et ça ?  » J’attendais son accord pour me lancer sur le bagel ou la barre protéinée. Toujours est-il que je pouvais toujours poser les questions. Je savais que j’allais trouver une réponse.

  • Même dans le hall d’exposition, le coach est prêt à nous montrer les étirements 

En tout cas, j’ai bien vu qu’un vrai coach est primordial et j’ai de la chance d’en croiser beaucoup de compétents.

Avez-vous un coach ? Qu’est-ce que cela vous apporte ?

À bientôt,

Nadia