Ce week-end, j’ai vécu quelque chose de particulièrement génial ! Cela faisait longtemps que je n’avais partagé de tels moments. Je suis partie en week-end avec mon amie Omayra pour découvrir Genève sous une forme particulièrement nouvelle. Et je vous raconte tout, vidéo en prime à la fin pour ponctuer ce superbe week-end.

Départ pour Genève vendredi en fin d’après-midi.

Mon amie Omayra et moi nous sommes données rendez-vous à la Gare de Lyon pour prendre le TGV Lyria direction Genève. Nous étions bien installées, enfin, nous décompressions de notre longue semaine de cours avec nos charmants élèves. Nous avions 3h devant nous.

Je voulais en profiter pour écrire et travailler malheureusement, je ne captais pas. Nous avons bien papoté et écouté de la musique. Une petite collation offert par les stewards (et pour tout le monde, pas que pour nous, hein ! ) et nous n’avons pas vu le temps passer.

Forcément, en arrivant de nuit à la gare, je ne connaissais pas le quartier et encore moins la ville. Nous commençons par demander à un jeune s’il a internet pour nous montrons le plan pour se rendre à l’hôtel. Je sais, j’aurais pu y penser avant, imprimer une carte et stabiloter le chemin. Je n’ai pas eu le temps. Donc, gentiment il nous le fait. Je prends en photo son plan et nous partons, valises en main.

Je vous avouerai que nous avons dû demander à plusieurs reprise notre chemin pour enfin trouver l’hôtel. Finalement, ne pas avoir de 4G en Suisse permet de créer du lien. On est obligée de demander des informations et avec le sourire s’il vous plaît ! Ah oui, sur le chemin, je reconnais le bain des Pâquis et je dis à Omayra que nous devons récupérer nos dossards ici. L’endroit est sympa mais de nuit, nous ne voyons rien. l’Equipe Pop in Europe nous accueille avec le sourire et je sens que nous allons passer un bon moment.

L’hôtel, je ne vous raconte pas la chambre et le matelas hyper agréable ! Tous les documents nécessaires sont prêts pour un séjour agréable.On a faim et on décide de dîner au restaurant de l’hôtel et ce fut un délice. Pour 40€ environ, nous dînons bien.

On a prévu de se réveiller tôt le matin, ce sera un coucher vers 22h.

Samedi : une journée pleine de rebondissements

Réveil matinal avec des yeux tout bouffis parce que j’ai mal dormi. Le manque de sommeil et la migraine ont joué des tours. Finalement, après un bon petit déjeuner pour prendre des forces.

Nous avions rendez-vous à 8h pour le debrief aux Bains des Pâquis. Déjà, sur le chemin, les filles en t-shirt orange, baskets et sac à dos étaient déjà prêtes. Arrivées sur la jetée, les binômes créés pour l’occasion (mère-fille, copines, collègues, sœurs,…) attendent le briefing du matin. J’observe autour de moi : le temps est splendide et augure une belle journée, les filles sont souriantes et prêtes à partager des émotions diverses et à s’amuser. Tout simplement.

Certaines sont toutes nouvelles comme nous, d’autres plus aguerris, les « Poppeuses Addict » sont hyper organisées : 4 stabilos de couleurs différentes, des stylos, des casques pour les vélos qu’elles emprunteront et même des trottinettes. Ce sera à la fin de la journée que j’aurais compris pourquoi.

Clémence , la gentille organisatrice de tout ce concept est sur scène : pétillante et dynamique, elle porte sur ses épaules avec toute son équipe la bonne organisation. Tout est réglé au papier millimétré. Et il le faut pour que tout se passe bien. Imaginez 30 épreuves, 300 filles dans tout Genève ! Après un léger échauffement, nous allons chercher les fameux Road Books comportant toutes les énigmes et notre feuille de challenges.

Normalement, à chaque challenge réussi, nous recevrons une gommette Pop In The City. Et si nous choisissons des épreuves éloignées, nous pouvons avoir des bonus comme la révélation d’une adresse, un challenge gagné en plus ou 10 mn de plus. Il faut prête et stratégique.

On a tenté de l’être en choisissant une épreuve qui était à l’autre bout de Genève. Nous y sommes allés à pied toutes fières pendant 30 mn. On trouve l’oriflamme orange et à un moment, l’adorable bénévole nous dit que notre première épreuve devait être Sport et pas culture ! Imaginez notre déception, avoir perdu tout ce temps pour rien ! Allez, on ne s’arrête pas là, on décide de prendre le bus et de redescendre vers le centre afin de chercher notre fameuse première épreuve sportive. Ce sera le golf ! Enfin, ce sera du putting et Omayra commencera.

On attend notre vignette. Eh non ! Il va falloir que je fasse aussi du putting mais sur le pont de l’Ile.  L’épreuve n’est donc pas terminée, nous devons retourner à un autre endroit pour valider. Sinon, ce n’est pas drôle ! On est rassurée parce que nous avons vu d’autres filles qui étaient perdues comme nous.

Et c’est fières de notre première gommette que nous partons compléter notre première série : art, culture, solidarité, extrême.

Les épreuves culture concernent la dégustation de vin blanc et ma foi, je passe le relais à Omayra qui prendra mon verre. Mais comme il faut repartir vite avec un autre binôme adorable, imaginez la tête d’Omayra qui court avec son verre.

On a galeré à trouver notre boulevard helvétique et les rues adjacentes. On voit des filles en orange au bout. On décide de les suivre. Finalement, au lieu de faire un défi culture, nous irons vers l’Art.

Direction le Musée d’Histoire Naturelle !

Le guide nous explique que si nous ne répondons pas corrections aux questions, nous devrons goûter des insectes. Beurk !

Après un tour dans ce merveilleux musée (un vrai coup de coeur), nous répondons et comme par hasard nous avons deux erreurs. Donc, la punition de manger les grillons. Je n’ai pas du tout aimé mais qu’importe, on le fait et on accepte la gommette. Et comme c’est un challenge bonus, nous récoltons la boule  » challenge x 2 ). Cool, cela signifie que nous aurons une épreuve comptabilisée en plus.

Hop, on repart pour conquérir Genève ! Je ne vais pas analyser chaque épreuve car nous en avons réussi 15. Mais les épreuves qui nous ont marquées étaient fabuleuses.

Personnellement, j’ai surmonté ma peur du vide cause de mon vertige. C’était lors de l’épreuve au Manor qui était avant la maison d’enfance de Jean-Jacques Rousseau. Je devais descendre en rappel de cet immeuble. Mes jambes flageolent. Avant, on nous propose de boire un shot de jus de gingembre et de piment de Cayenne ! Alors moi, qui ne supporte même pas le poivre ! Hors de question. Et pourtant, je l’ai fait. J’avais la bouche en feu ! J’ai détesté mais avec un sentiment de petite fierté quand même. Même ma maman n’a jamais réussi à me faire manger de l’harissa.

Le pire était à venir : l’épreuve de descente rappel en face avant. Je prenais de longues respirations avant de mettre le harnais. Rien que de passer sur la balustrade me rendait malade. Je respire. Je m’assois en prenant mon temps. Le prof est très rassurant, il me donne des conseils. Mais je ne l’entends pas. Je suis dans ma bulle. J’avance mes fesses vers le bord. Je crois quelques mots vulgaires sortent de ma bouche. J’ai littéralement peur. Je vois Omayra en bas. J’hurle pour qu’on échange. Elle ne m’entend pas. Je dis au prof que mes accouchements ne me faisaient pas aussi peur. Il me répond :  » je ne sais pas, je n’ai jamais accouché ». Je ris (nerveusement, certes mais je ris quand même).

La preuve en vidéo (tout en bas). 😉

Et je me lance. Mes jambes flageolent, mon corps est tout tremblant ! Mais je sais que cela se passe bien. Les pieds sur terre, je regarde le prof qui me félicite et je le remercie sincèrement. Moi, qui ai du mal à lâcher prise dans tous les sens du terme, j’y suis arrivée et quelle fierté ! J’aurais des choses à raconter à mes enfants et à mes élèves sur la peur, la confiance en soi et les défis.

Apres ce défi, il est l’heure de déjeuner et de s’asseoir ne serait-ce que pour capter le wifi. Moi, qui suis une accro du téléphone, cela nous a fait du bien mais on en avait bien besoin aussi.

Bref, nous repartons pour d’autres challenges dont le fameux chocolatier ! Je ne suis pas trop fan de chocolat mais j’apprécie un bon carré de chocolat de temps à autre. Et être reçues dans les coulisses de la chocolaterie la plus ancienne de Genève était un privilège. Après avoir fait un blind test, nous avons décoré notre propre coeur. Quelle rigolade ! Bien évidemment, nous avons pu le goûter sur la petite place en face. Mais je l’ai gardé car une bouchée me suffisait amplement.

Bref. Nous avons passé plusieurs épreuves entre caresser les serpents, jouer du didgeridoo, visiter une expo sur les aborigènes, faire du jujitsu etc. Ce fut une journée riche en découverte.

Il fallait rentrer absolument avant 17h sous peine d’être disqualifié. Nous étions près d’une épreuve mais nous avons préféré aller directement aux Bains des Pâquis pour remettre notre fiche pleine de belles gommettes. Les filles se dépêchaient d’y aller. C’eût été dommage d’être disqualifiées.

L’arche de l’arrivée (orange, bien sûr) était dressée, les filles se racontaient leurs épreuves. Comme toutes n’avaient pas fait les mêmes épreuves, chacune a un vécu différent par rapport à ce week-end. Mais je crois sincèrement que, toutes étaient ravies d’avoir passer la journée à courir, marcher, pédaler, sauter, rire, jouer, rouler.

Bref, nous nous sommes éclatées.

Finalement, nous ne sommes restés que peu longtemps à la soirée organisée par Pop In The City. Après notre motivation initiale, nous avons vite senti la fatigue et nous n’avons pas fait long feu. Directement au lit. Le brunch du lendemain était bien agréable et nous avons profité de l’après-midi Genève avant de repartir en TGV LYRIA direction Paris.

Pop In The City est un concept plein d’énergie et de mouvement qui multiplie la création de liens entre les gens. Ce week-end était court et intense. Nous avons croisé des filles et des bénévoles sympas, des genevois adorables et ouverts devant cette horde de tshirts orange. Je voulais pousser mes limites, Pop In The CITy a imaginé des challenges forts pour des femmes conquérantes et curieuses.

Une journée bien rempli avec 35 000 pas !

Si vous êtes curieuses et avez envie de découvrir une ville, ce concept vous ravira. J’en suis certaine.

Je remercie les TGV Lyria, l’office de tourisme de Genève et Pop In The City pour l’organisation impressionnante et réussie.

Bonne soirée !

Nadia

Et la vidéo ici !