Voilà, vous vous êtes décidé(e)  à courir un premier marathon et vous courez déjà depuis un petit moment. Quelques soient vos motivations personnelles, vous voulez finir en bon état. Eh oui, malheureusement certains coureurs finissent dans des états pas terribles et renoncent à leur passion à cause d’une mauvaise première expérience.

Brooklyn Bridge
C’est pour cela qu’il va falloir se préparer et pas simplement regarder la date en vous disant : « oui, oui c’est dans longtemps ». Parce que finalement l’échéance arrive vite.

Après tout, c’est très personnel comme choix. 

Version courte ou version longue pour les plans d’entraînements. Déjà, jetez un œil sur votre planning. C’est bon, pas de mariage, pas de fête d’anniversaire, pas de gros projet en perspective, vous pouvez y aller. Effectivement, quandon prépare   un marathon et qu’on veut bien le préparer, il faut s’investir. C’est à dire qu’il va falloir de la régularité et de la discipline. J’en connais qui le prennent à la légère et qui finissent avec des temps plus que convenables. Et là je dis bravo ! Mais ce n’est pas le cas de tout le monde.
Personnellement, j’ai besoin de me fixer des objectifs et d’avoir un plan pour voir ma progression. J’ai envie de savoir où je vais. C’est indispensable.

C’est votre premier marathon 

Donc c’est maintenant !

Je vais surtout cibler les futurs néo-marathoniens pour leur montrer que oui, c’est possible de finir et de faire jaillir toutes les larmes de votre corps lors de ce premier marathon. Une première fois, c’est juste incroyable ! Mes conseils pour ces futurs médaillés sont valables pour vous. 

Personnellement, j’ai commencé ma préparation en mode version longue, voire très longue. Début décembre pour le Marathon de Paris. Comme à plusieurs, on est plus fort, j’ai osé faire partie d’un petit groupe d’expatriées (et si en plus, on parle anglais, ça me va aussi). On était plusieurs femmes à courir et honnêtement c’était bien sympa. Car certaines avaient déjà l’expérience et on pouvait partager les conseils et se rassurer aussi en cas de doute.

Bref, j’ai fait une prépa à l’américaine. Sur 20 semaines. 3 séances par semaine et avec une sortie longue le samedi. On commençait par 12 km puis on augmentait la distance progressivement pour atteindre 34 km. Cela nous permettait aussi de tester nos chaussures, chaussettes, hydratation et nutrition. On pouvait se voir aussi pour les fractionnés du mardi. D’ailleurs, vous pouvez jeter un coup d’œil à mes conseils pour les néophytes dans cet article, surtout pour les conseils que personne ne donne avant son premier marathon.

J’aimais bien l’effet « petit groupe » pour pouvoir partager et puis le temps passait plus vite aussi. Et sur une sortie longue, j’avais vraiment l’impression d’être soutenue et de soutenir aussi. Malheureusement, certaines sont parties à l’étranger et je n’ai plus retrouver cet esprit. Pas de compétition entre nous, de l’entraide et du dépassement de soi. Quelle fierté de se dire qu’à chaque kilomètre, tu as pu faire ton record de distance !

D’ailleurs, j’ai créé un event FB pour les coureurs version tortue qui souhaitent courir et préparer le Marathon de Paris. J’avais envie de retrouver cette ambiance de petit groupe pour progresser ensemble sur cette distance. La première séance était super sympa et empreinte d’humilité comme j’aime.

stocksnap_9f84030a1e

Version 2 mois parce que j’ai envie de profiter des fêtes

Une version accélérée qui permet aussi de moins s’ennuyer et de moins focaliser sur ce marathon. Vous commencerez dès février. Vous avez déjà une bonne base d’endurance et vous n’êtes pas obligé(e) de faire 3h30 de course en entraînement pour vous rassurer.

J’avais testé ce plan pour courir le Marathon de Florence et de NYC. Mes plus longues sorties étaient de 2h30 max. Je ne pouvais pas faire plus d’ailleurs. Et pourtant cela ne m’empêchait pas de les finir tous les deux.

Où trouver vos plans d’entraînement?

  • Demander à votre coach ou si vous avez envie d’être suivi(e) et d’être prise en main, lancez-vous !
  • Dans un bouquin : du genre Jack Daniels (rien à voir avec le whisky ) ou la Bible du running du super coach Jérôme Sordello.
  • Vos magazines de running préférés.
  • Version appli que ce soit Kalenji Coach ou Asics, vous trouverez votre bonheur. La version Nike est juste trop exigeante avec des runs tous les jours. Je ne suis pas fan de la version Nike trop de courses et propice aux blessures, et je préfère largement les deux premières.
  • Version montres : si vous avez une montre GPS, vous pouvez aussi obtenir votre plan d’entraînement et accepter le programme spécifique marathon avec les fractionnés et tout le reste. Vous pouvez tout récupérer sur votre montre. Et c’est pas mal ! Vous n’avez qu’à suivre le bip de votre montre et courir.

img_7705-2
N’oubliez pas

  • Pour éviter l’effet de lassitude, sachez faire une pause aussi. Et puis si vous ratez une séance, ça va aller, ok?
  • N’oubliez pas de commencer votre cahier d’entraînement pour tenir votre journal de bord.
  • Et si vous avez des doutes, sachez que c’est normal.
  • La dernière semaine d’entraînement sera horrible pour vos proches : vous serez à fleur de peau, à manger différemment et ils auront hâte que cela se termine.

Alors, un marathon vous tente? 

Nadia