Quand on me parlait de cette course il y a plusieurs mois, j’avais trouvé l’idée bien originale et j’étais vraiment partante pour la faire. Courir de nuit et sur le tarmac de l’aéroport de Deauville-St Gatien est assez exceptionnel et vraiment une occasion à ne pas rater. Effectivement, c’est même une première en France.

Donc, le 26 novembre 2016, je me rendais à Deauville pour aller courir ce 10km. J’arrivais  en tenue à l’aéroport vers 16h20 même si je savais qu’il y avait des vestiaires. Il y avait déjà du monde qui entrait pour récupérer les dossards. D’ailleurs, dans la file d’attente, je rencontrais Delphine que je n’avais pas vue depuis super longtemps et ses amis venus passer un we en Normandie. C’est fluide et les hôtesses bien sympathiques nous donnent le précieux bracelet et nos dossards.

A la sortie, j’attendais Laetitia pour courir ensemble. Elle arrivait et j’étais ravie de la voir. Nous avions fait plusieurs courses ensemble et c’est toujours un plaisir de voir une tête connue dans une course. Cela faisait longtemps que je n’avais pas couru une course en dehors de Paris et j’avais envie d’une course tranquille sans fioritures.

Et j’ai bien eu raison de venir en Normandie. 

Comme nous ne devons rien apporter avec nous sur le tarmac, nous avions des grands sacs transparents pour déposer nos sacs à la consigne. Les vestiaires hommes et femmes étaient bien placés derrière. Après les dernières photos en face du tarmac, il a fallu déposer le téléphone. Moi, qui suis en permanence avec le mien pour prendre des photos ou sur snap, je devais accepter les règles. Et finalement, j’ai apprécié aussi.

Courir sans montre, sans musique et sans Iphone avait du bon. 

Avant de passer les sas de sécurité, Vanessa (super coach de Fitforme) me conviait à la traditionnelle photo de classe.

fitform

La sécurité est bien présente entre les gendarmes et les bénévoles, c’était primordial pour le bon fonctionnement de la course. On sent que l’organisateur est carré sur la sécurite. Et on comprend quand cela se passe sur un terrain sensible. Arrivées dans le hangar, nous devions patienter. L’ambiance était bon enfant et on a bien rigolé car vraiment les gens ne se prennent pas la tête. Certains avaient d’ailleurs beaucoup d’humour.

Echauffement avec Antoine et ses coachs de Fitforme. En tenue de pilotes ou de commandant de bord, ils nous proposaient un échauffement bienvenu parce qu’il faisait bien bien froid. J’étais bien couverte et heureusement que j’avais pensé aux gants.Quand je regardais Delphine en débardeur, j’avais vraiment froid pour elle. L’attente était un peu longue et j’avais hâte de partir. Mais bon, quel coureur n’a pas attendu pendant une course?
Des sas étaient prévus pour ceux qui souhaitaient suivre les meneurs d’allure bien visible en 15km/h, 14km/h, 13km/h, 12km/h, 11km/h et 10km/h. Il faisait bien froid tout de même et je me réchauffais en dansant car la playlist était bien motivante.

Je ne sais plus vers quelle heure nous étions parties (pas de montre) mais je me laissais guidée par mon lièvre de luxe. C’était vraiment spécial comme ambiance. On courait sur le tarmac en ne voyant presque rien sauf les coureurs devant nous. C’était une atmosphère très paisible et tellement différente de ce que j’ai l’habitude de voir. J’ai adoré cette ambiance propice à la réflexion. Je suivais Laetitia dans ses pas et je tenais un bon rythme. On ne voyait à peine ses pieds et il fallait que je m’habitue à courir en faisant confiance. Pas de marche sur le tarmac. Le silence planait autour de nous et nous ne voyions que les petites loupiotes du tarmac. J’étais agréablement surprise du manque de repères. Pas de panneaux de kilométrage comme j’avais l’habitude de voir dans les autres courses.

Et finalement, c’était bien. On courait vraiment pour le plaisir sans se soucier du chrono. Je continuais à suivre Laetitia qui me soutenait et encourageait aussi d’autres filles. « Ne lâchez-rien, courez avec nous !  » nous disait-elle. Au bout du tarmac, nous apercevions un avion ébloui par des lumières, un bénévole était présent pour nous encourager et la musique que l’on entendait au loin se rapprochait.

Je ne connaissais pas le parcours et je ne pensais pas qu’on ferait des boucles. Mais honnêtement, je ne m’en suis pas aperçue tout de suite. Mais en voyant les premiers passaient de l’autre côté, ça fait quelque chose. On les encourage d’ailleurs. On attend la première fille mais on ne la voit pas. On voit juste des coureurs sans visage tellement ils vont vite. Et puis nous tournons aussi. Apparemment, il y avait des faux-plats mais j’avoue que je ne me suis absolument pas rendue compte de ces derniers. Je ne voyais rien.

Finalement, 600 coureurs c’est vraiment bien. Pas de sentiment d’oppression : on a vraiment le tarmac pour nous, on a ce sentiment d’espace maximisé par la sensation de courir à l’aveugle, presque.

Laetitia me demande si tout va bien. Ma respiration est plus intense que d’habitude. Je tiens bon et mes jambes tiennent aussi malgré la dure séance de Cross-Training de jeudi dernier. A un moment, on entend le bénévole dire : « il vous reste 1km. » En réalité, il en restait un peu plus mais je voyais l’arche d’arrivée au loin. Ce dernier kilomètre semblait long mais je tenais bon. « Respire bien. » On y est presque et on fonce vers l’arrivée ! Je suis super contente de cette course. On se félicite avec Laetitia.

J’ai adoré cette course et cela faisait longtemps que je n’avais pas couru comme cela. Une sensation de bien-être et de fierté mais aussi d’avoir participé à une première édition. Une course fluide et super bien organisé.

On récupère notre belle médaille, façon porte-clés aviateur. C’est original comme médaille. Le temps de prendre de prendre la pause devant les photographes bénévoles. On retourne récupérer nos affaires et on en profite pour reprendre notre téléphone et aller poster sur les réseaux sociaux. On ne perd pas nos habitudes quand même. 😉

On va vers le ravito pour se réchauffer.  C’est énorme : fruits secs, jus et excellente soupe que nous buvons dans notre verre offert. Écologique en plus.

On retrouve d’autres copains croisés comme Maryline et Julien qui repartaient vers Paris après.


La course est terminée mais pas la soirée ! On repart vers le hangar pour profiter de la soirée et du cocktail. C’est énorme ! On est accueilli par du champagne et de la musique. Le buffet est juste énorme. On retrouve Delphine et Delphine, on attend le tirage au sort pour gagner un baptême de l’air et un voyage au départ de Deauville, bien sûr. Mais avant le tirage au sort, l’annonce des résultats de la course. Le hangar est full ! Malheureusement, j’ai dû partir plus tôt mais la fête continuait. Une ambiance bien festive pour conclure la soirée.

Voilà, en résumé, j’ai vraiment apprécié cette course qui signait sa première édition. Une belle organisation malgré l’attente dans le froid, un buffet exceptionnel, des bénévoles au top.

J’ai hâte de revenir pour la seconde édition.

A bientôt,

Nadia