Courir entre copains, j’adore. Alors pédaler et courir avec une binôme qu’on adore, eh bien je suis fan aussi ! 

img_7119
L’année dernière, j’avais couru avec mon amie Omayra, qui a l’habitude de me suivre dans mes péripéties sportives et qui est toujours partante. Cette année, je voulais faire découvrir à Sonia, mon autre binôme préférée la Run & Bike. Dites-vous bien que le vélo n’est pas son fort. cf. Le Raid des Alizées où le vélo a été rebaptisé « engin de satan » par notre chère baronne. Elle ne voulait plus monter sur le vélo.

C’est pour cela que je lui proposais de participer à cette course. En tant que coureuse forcément mais j’avais mon idée en tête. Je connaissais le parcours et je savais qu’il n’y avait aucune difficulté. Bon, on a posé les bases. Je pedale, elle court. Jusqu’ici, tout va bien !

On se donne rendez-vous avec Omayra et Elodie à 8h15 devant le métro Ranelagh. On est toutes à l’heure (merci les filles !) et on se raconte notre vie ! Comme d’habitude. On arrive vers le Bois de Boulogne et on savoure les couleurs automnales. Arrivées vers le village, on passe par la sécurité. C’est devenu malheureusement banal et on accepte la fouille des sacs. Sonia devait arriver vers 9h tranquillement. Pendant ce temps, je m’occupe de récupèrer les dossards.

Le village est différent cette année. J’avoue que je préférais celui de l’année dernière mais la Préfecture de Police de Paris a imposé cet endroit. Il vaut mieux cela qu’une éventuelle annulation comme nous en comptons actuellement.

Ce qui est bien avec ce genre de course est qu’on retrouve les copains, on rigole et on ne se prend pas la tête. Une course sans pression est tellement agréable aussi. Les sportifs des Etoiles du Sport sont là pour la bonne cause. Effectivement, chaque kilomètre parcouru correspond à 1€ pour le Secours Populaire. Les enfants étaient invités à participer à la course par la suite.

Sonia, vêtue de sa magnifique tenue de cycliste de panthère arrive avec son adorable maman et on en profite pour prendre des photos. Il faisait frais ce matin et j’étais en t-shirt. Je retrouve aussi Julie, notre spécialiste cycliste, et son ami prêts à courir ensemble. J’ai pu récupèrer mon vélo et mon casque de façon rapide et fluide. On pouvait louer le vélo et question organisation, les loueurs étaient efficaces.

Run & Bike Solidaire 2016
Copyright : la maman de Sonia. Aucune retouche.


Quand on doit aller dans le sas du départ, c’est autre chose. Avec tous les vélos, je me suis pris des roues sur les jambes, des coups de guidons. Ben oui, je suis petite et même si j’assume ma taille, les coups beaucoup moins.

Nous patientons dans le sas. J’ai froid et je tente de me réchauffer comme on peut. Avec Omayra, Elodie, Insaf et Intisar, on décide de partir ensemble. Mais avec tous les vélos, je pense que cela sera difficile.

Run & Bike Solidaire 2016

Nous sommes dans la dernière vague et c’est le moment ! Finalement, moi qui avait peur d’être gênée par les velos, je n’ai pas éprouvé de soucis. Les routes sont larges et on avance. Je suis le rythme de Sonia. Je reste derrière elle dans un premier temps puis à côté d’elle pour lui faire la conversation.

On observait le silence du Bois de Boulogne et je me disais que je devrais revenir plus souvent dans le coin.

Je vous passe les 8 premiers kilomètres parce qu’elle court et je pédale. Logique. Et au 8ème, Sonia veut essayer le vélo! Vous avez bien entendu ! Elle qui ne supportait pas cet engin du diable comme elle le répète si bien. Bien évidemment, je lui donne mon vélo et je repars en courant. Imaginez Sonia, 2m sur un vélo de 1.60m. Ah c’était drôle et le pire est qu’elle y a pris goût !  » Facile quand cest sur du bitume et du plat !  » Oui, Sonia. Facile.

Run & Bike Solidaire 2016

Et elle me donne le rythme ! » Allez, Nadia, tu y vas. Pense à xxxx ! Prouve-lui que tu peux.  » Ce fut à peu près en ces termes que j’appréciais ses encouragements ! A un moment, je vois Intisar sur le faux plat. Je vais la voir car elle peinait un peu sur son vélo. « Intisar, tu dois changer les vitesses ! (Moi, façon spécialiste cycliste). « Je ne sais pas changer les vitesses !  » me répond-elle spontanément. Ah effectivement! Je cours vers elle et je lui montre rapidement comment changer les vitesses. Je vois à son regard que je lui ai sauvé la vie ! Elle file vers sa soeur devant. Ce fut ma B.A du jour.

Pendant ce temps, ma chère baronne pédale telle une reine dans son carosse. Classe. Enfin, si on enlève le son. N’est-ce pas Sonia ! 😉

Sachez que quand vous courez avec Sonia, il faut éviter les faux plats ! Vraiment ! 

A 800m de l’arrivée, je lui reprends mon vélo. Faut pas non plus abuser quand même. Et nous accélérons un peu, oui oui un peu. On entend J-Lo et sa chanson du moment. Pour détendre Sonia, je lui fait la version arabisante de J-Lo. Un beau moment de n’importe quoi !

Run & Bike Solidaire 2016

On passe l’arrivée  et là, la maman de Sonia nous prend en photo. Elle est trop forte ! On va chercher nos médailles ! Ah bas non, il n’y en a plus. Déception, ah mince ! Eh oui, quand tu es dans la dernière vague, tu as plus de risques de ne pas en avoir. Tant pis, mais cela ne nous empêche pas de profiter de la course ni du village.

Run & Bike Solidaire 2016

On se retrouve avec Omayra, Elodie, Intisar et Insaf ! On se débriefe et on avance vers le village. Je vais vite me débarrasser du vélo et direction le massage. J’ai eu le droit à un massage tonique « parce que je le suis » et des étirements « toniques parce que je le suis« . Alors, que je voyais Omayra se faire masser tranquillement. D’un autre côté, cela m’a fait un bien fou. Juste après, j’en profitais pour papoter avec Henriette et Chloé de Stimium sur le stand à côté pour en savoir plus sur ce produit.

Run & Bike Solidaire 2016

On est presque les derniers à rester sur le village, j’en profite pour parler éducation avec Marie-Jo Perec. Et on aurait pu le faire pendant longtemps. Mais son mari insistait pour partir. Une prochaine fois Marie-Jo. Je retrouve Britta, Aurelien, Baptiste et Adrien. On parle déjeuner parce qu’on a faim  et que les ravitos sétaient légers. Et finalement, on partira pour un resto indien à Montparnasse. Et cela m’arrange bien.

Donc ce fut une belle matinée fluide et avec beaucoup de rires. En espérant du soleil pour la prochaine édition.

Bonne semaine!

Nadia

Run & Bike Solidaire 2016