MDP

J’entends déjà certains dire : nan, mais courir le Marathon de Paris! Avec d’un côté les aficionados qui ne rateraient cette course pour rien au monde et de l’autre côté les adeptes du « Tout sauf Paris ». 

Bref, personnellement le Marathon de Paris est une course que j’apprécie. Et c’est une course qu’il faut faire au moins une fois dans sa vie de marathonien. Oui, c’est une course qui coûte cher mais comme tous les marathons internationaux. Je ne vous raconte pas ce que j’ai payé pour celui de NYC (250 dollars) et beaucoup moins pour celui de Florence (25 dollars). Mais bon, on est là pour se faire plaisir, non?  Et puis comme les marathons étrangers me font rêver, celui de Paris peut faire rêver aussi. Surtout quand j’en parle à mes copains étrangers, ils me disent « you’re so lucky Nadia ».

img_9760-1

  1. Cela se passe dans la plus belle ville du monde. Oui, je sais I love Paris, forever. Tu cours sur les plus belles artères parisiennes et tu profites d’une visite touristique bien sympathique des Champs-Elysées à Bastille puis Vincennes, la Tour Eiffel, le Bois de Boulogne. Il est vrai que ce parcours est mon parcours d’entraînement  régulier mais franchement arrêtons d’être blasés. Profitons de cette ville magnifique et sans aucune arrière-pensée.

img_7284

2. Paris est une fête. Je constate de plus en plus de spectateurs sur les côtés. Les zones d’encouragement sont de plus en plus nombreuses. Et tant mieux! C’est une question de mathématiques : augmentation du nombre de coureurs = augmentation du nombre d’amis et de membres de la famille pour soutenir les coureurs. Bref. Et si les zones d’encouragement pouvaient augmenter dans le Bois de Boulogne, ce serait encore mieux! Parce que c’est un peu calme de ce côté.

Alors, préparez vos banderoles et vos tambours pour nous encourager. (Perso, mes affiches miennes sont déjà prêtes).

img_9740

On en profitera pour valoriser Paris 2024. Ce serait vraiment chouette pour les amoureux du sport.

3. Ma (notre) Tour Eiffel. Et avec un peu de chance, vous en croiserez deux! C’est mon aimant, mon phare alors quand je passe devant, c’est avec fierté.

DCIM100GOPROGOPR3798.

4. Ça me coûte un dossard et mon pass Navigo. Donc côté budget, cela me permettra d’en faire un second à l’étranger pour le second semestre. Comme ça, le budget courses reste équilibré. Pour mes copains qui viennent de Province, on se débrouillera avec les échanges d’appartements. Une chambre à Paris vs une maison avec piscine dans le Sud, c’est gagnant/gagnant.

img_6098

5. Le Salon du Running est énorme et n’a rien à envier à celui de NYC. Entre les différents stands et les animations/conférences, le salon fait quand même un super effet. Surtout qu’on peut courir avec Bob Tahri et Muriel Hurtis, tester des baskets ou tenter la méditation, voir des défilés et même se faire masser.

(Et si on ajoute l’énergie du speaker, je dis oui. Bises Pierre.)

6. Le temps est souvent agréable en cette période. J’ai couru les 3 fois en short. Il faisait frais au début mais on se réchauffe vite. Alors, je croise les doigts pour cette année. Bon, après s’il pleut, je ne suis pas Madame Soleil non plus.

Et parce que j’aime bien les chiffres ronds : ce sera le 40ème anniversaire. 

Et si vous courrez votre premier marathon, n’hésitez pas à lire ces conseils pour ne pas stresser ou à me poser des questions, j’y répondrais avec plaisir.

Bonne préparation,

Nadia