Certes le nom a changé et on y accolé le nom d’une marque de montres connectées. Mais le parcours ne change pas et l’organisation est la même. J’ai même retrouvé une certaine sobriété dans cette course et ça fait du bien. Nous avons vu les réseaux sociaux déchaînés et exités à l’idée de faire cette course. Et c’est normal. Ce semi-marathon est placé un mois avant le Marathon de Paris donc idéal pour se rassurer où se rebooster si besoin. De plus, le parcours est tout aussi agréable. Bien sûr, on a envahi les réseaux sociaux mais un semi à portée d’un ticket de métro, c’est pratique aussi.

Avant le départ

Comme j’étais rentrée la veille au soir, il m’était impossible d’aller récupérer mon dossard. Ce fut fait grâce à la gentillesse de Claudia. J’aime bien flâner dans les allées des salons avant d’aller récupérer le précieux sésame.

Donc, nous avions l’intention de courir avec Claudia et Christine. J’étais venue en avance et c’est dommage. Car j’étais frigorifiée au niveau des mains et des pieds. Pourtant j’étais bien couverte. Mais le réveil matinal et le décalage horaire ont accéléré le processus de refroidissement. Heureusement que je croisais les copains pour papoter un peu. 

Merci à Amadou, Sow style pour la photo!
Christine et Claudia arrivent et on part dans notre sas. Surtout  on essaye de ne pas se perdre. Vu le monde impressionnant, c’était facile et comme on ne capte rien. Bon, au pire, je cours toute seule.

Nous attendons patiemment dans le sas et nous rencontrons Arnaud, super régisseur de la Parisienne. On tente de se réchauffer comme on peut. Le départ est lancé et je crois reconnaître la voix du Speaker Pierre. La musique est lancée et c’est parti pour 21,1km de plaisir.

J’ai quand même beaucoup de mal avec le froid et il a fallu attendre le 9eme kilomètre pour être à l’aise et retirer les divers couches de vêtements et de sentir la chaleur. Et cest dans ces moments là que tu te dis, on a de la chance qu’il ne pleuve pas. Je relativise donc.

Beaucoup de monde sur le parcours et on croise notre ami Aurelien qui reste avec nous quelques kilomètres. C’est sympa de pouvoir le voir.

L’arrivée vers Bastille est très chaleureuse et beaucoup de spectateurs sont venus nous encourager. Et c’est ce que je remarquais déjà l’année dernière. La course à pied a le vent en poupe et ça se voit même  derrière les barrières.

Je disais à Claudia et à Christine que j’allais voir notre amie Sichen. Elle habite dans le Marais et en tant que coureuse, elle ne manquait jamais de nous encourager. Juste vers l’hôtel de Ville, j’entends Sichen qui hurle. Sincèrement, ça fait plaisir de la voir. Déjà, l’année dernière elle était présente.

Nous continuons notre chemin et j’aperçois Sucre d’Orge, notre fameux flamand rose.


Nous remontons vers l’autre sens et c’est vers le 13ème kilomètre que j’ai ressenti une douleur au genou gauche. Je tiens bon quand même et j’en parle pas tout de suite à mes camarades. J’attends le 19eme kilomètre pour ralentir et marcher un peu. J’ai mal mais je continue quand même. Il faut dire que l’ambiance est bien sympathique dans le peloton. Je laisse partir Christine et Claudia. Je continue en courant malgré ma douleur, pressée de terminer.

Et cette arrivée est juste magique! On a vraiment l’impression de sentir voler avec toutes ces personnes autour de nous! C’est génial.

Je dépasse la ligne d’arrivée et les copines sont là. Heureuses comme moi! On est rassurées pour le marathon. Enfin, moi presque car il va falloir que je soigne ce genou rapidement.

Je récupère ma médaille et je croise Gregory, un ami d’Elodie qui prend une vidéo et avec qui on papote. Et dans le métro, une belle surprise avec Soo Ing et Magali.

Merci Claudia et Christine d’avoir pu partager cette course avec moi, c’était une belle histoire d’amitié!

J’avais juste une interrogation par rapport aux dossards. Vu le nombre impressionnants de  dossards revendus à la dernière minute, ce serait bien que ASO puisse propose la solution de Luckit pour permettre des échanges plus faciles entre coureurs. Et puis ce serait tellement pratique.

Plus de 47000 pour 37000 participants! Mais où sont les 10 000 autres participants? Endormis, peur d’une première competition, blessure, du froid? Toujours est-il que c’est un record de participation pour ce semi.

On se retrouve sur le marathon? Certainement. Allez en prime, une petite vidéo.

A bientôt,

Nadia