Après l’euphorie littérale de mes aventures lors du Raid des Alizés, j’ai voulu tout de même me recentrer et retrouver de la sérénité. Le décalage horaire n’aidant pas, j’ai essayé plusieurs moyens de me retrouver dans ma bulle.

Et l’atelier d’initiation de Taichi / Gi-Qong de la Respirale vint à point. Je décidai d’y aller un samedi froid et gris typique d’un mois de novembre. J’étais en avance et je profitais de ce temps pour aller à la Maison Européenne de la Photographie, non loin du studio.

12087237_408384139355231_1572871838910881905_o

Pascal accueille chaleureusement ses élèves de sa voix douce et grave. Rien qu’à l’entendre, je suis déjà apaisée. Nous commençons par le QI Qong.

Le Qi Qong, une discipline chinoise

C’est une gymnastique énergétique chinoise. Le qigong propose de travailler le souffle et l’énergie à travers des mouvements lents aux vertus préventives. Cela peut paraître tellement surprenant de prendre son temps dans notre monde qui va vite. J’avais aussi envie de prendre le contre-pied de nos habitudes pressantes et prendre conscience de mes mouvements et de ma respiration.

Et ce que j’ai appris avec Pascal. Il m’apprendra aussi que le QiQong est aussi favorable à la performance et à l’endurance sportive lors des préparations intensives. Cela me tente bien de faire une séance par semaine pour pouvoir travailler la respiration et ma performance aussi.

Je reviens à l’atelier. Nous sommes une dizaine et le mot d’ordre est concentration. C’est véritablement difficile pour moi de rester immobile. Mon regard s’éparpille dans toute la pièce, je suis les mouvements du maître et je baille.  Ce ne sera finalement qu’au bout d’une dizaine de minutes que je me laisse aller. Le QiQong se pratique debout et on se laisse porter par ces mouvements.

Le fameux lâcher-prise. 

Et c’est à partir de là, que je suis complètement dedans. Chaque mouvement est décomposé et recomposé. Je suis obligée de suivre pour ne pas me déconcentrer. Et à un moment, je me surprends à fermer les yeux et à pratiquer les mouvements de façon lente et décomposée. Ma respiration est différente. Je me laisse aller. Nous travaillons ainsi pour faire circuler les énergies dans nos méridiens.

Je répète les mouvements. Et je baille. Je sens que ces mouvements me font un bien fou. Cela détend fortement. Je me sens bien. Je suis bien.

Après l’initiation du Qi-Qong, nous passons au …

Taichi.

Ce sont des exercices physiques et d’étirements sous forme de posture ou mouvements de façon lente et gracieuse évidemment. C’est un art martial qui permet de développer l’esprit et de concentrer l’énergie du corps.

Lorsque nous commençons le mouvement de la grue, Pascal nous montre et nous explique que le corps est toujours en mouvement, sans pause : on pousse, on tire, on monte. On devient une grue gracieuse ou un animal. Le Taichi est composé de nombreux mouvements. Il faut des années pour maitriser totalement.

Pour moi, cela me suffisait. Le temps de bien comprendre, de se laisser aller et de maitriser. Nous passons à un travail a deux : ainsi, nous pouvons sentir l’énergie de notre partenaire. C’est intéressant de voir comment cette énergie circule.

L’atelier touche à sa fin et je suis ravie de l’avoir fait. Je me suis sentie plus sereine et plus apaisée. C’était important pour moi. En revanche, je m’attendais à une relaxation finale comme pour le yoga. Eh bien, pas dans le Taichi. 😉

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’association La Respirale, n’hésitez pas à contacter Pascal, un véritable passionné.

A bientôt,

Nadia