C’est un bilan assez mitigé que j’ai de la course de dimanche matin. C’était la troisième édition pour moi et ce sera probablement la dernière, sauf demande express des copines. J’étais invitée à former une équipe avec Sarenza et j’étais plutôt contente à l’idée d’offrir des dossards à mes lectrices.

J’étais prête pour les entraînements. Mais malheureusement à part les séances NTC, j’étais plutôt déçue de ne pas voir de nouveautés. Les rugbymen, déjà fait? Le jardin d’acclimatation déjà fait! Le Palais de Tokyo, déjà fait et puis annulé. Bref, on m’avait vendu du rêve pour les entraînements, d’où mes non-inscriptions aux runs car finalement, je ne trouvais pas d’intérêt. Je préfère largement les coachings privés au sein de la boutique à St-Michel. En petit comité et surtout avec des échanges et des conseils. Pas de flux en masse. Alors que je m’attendais sincèrement à des ateliers avec un grand chef, des lieux plus symboliques.

 

 

 

 Bref, je passe pour les entraînements.

Ensuite, le retrait du dossard à Beaugrenelle se passe très bien pour moi. Je récupère mon tshirt, beau et technique et j’en suis satisfaite, mon sac, mes échantillons et magasine. Les hôtes d’accueil sont sympas. Ce n’est pas le cas de toutes les copines qui ont eu récupérer un tshirt xl au lieu d’un xs. Je sais, c’est du matériel. Participer à une course vaut largement un tshirt. Mais pour certaines, elles s’attendaient à arborer avec fierté ce beau tshirt et débardeur. D’autant plus que lors des inscriptions, on demandait expressément la taille et le choix du haut. Bref, je passe encore.

Et me voilà un dimanche matin à me lever et retrouver les copines. Car cela reste l’essentiel : retrouver les amies et partager un bon moment. Ce qui était le cas. J’ai retrouvé Dorothée et sa cousine, Marine, Elodie, Omayra et Claudia pour partir sur le 15k.

La première chose qu’on voit le monde! Plus de 10 000 filles  est une chose  impressionnante. Poussé par l’engouement frénétique favorable à la course à pied, Nike a voulu profiter de cette manne féminine. Je comprends, je ne vis pas au pays des Bisounours et ils sont là pour drainer les filles vers leurs magasins. Sauf qu’il faut assurer côté organisation et information.

Personnellement, je ne suis pas de nature patiente et faire la queue m’insupporte. J’ai tout fait comme les filles. Je patiente pour déposer mon sac, les consignes sont bien organisées et ça fait plaisir. Ensuite, la direction vers les sas est bien indiquée. Mais pas de sas. Sauf pour les élites.

J’arrive avec les copines avant le départ. Et là, nos Masters Trainers mettent l’ambiance comme ils peuvent. Ravie de retrouver John en animateur! Il est bon, ce petit. Et c’est parti avec Omayra, Claire et Claudia pour 15km.

Le parcours que je connais est vraiment sympa, quelques faux-plats mais rien de dangereux. Mais les filles dont certaines courent leurs premières courses y vont tranquillement, voire marchent dès les premiers kilomètres. Et ce début du zigzag! Il fait très chaud et heureusement que j’étais bien hydratée.

Je commence les premiers kilomètres donc tranquillement. Je dirai même jusqu’au 5eme km c’est du slalom. Je décide donc d’aller courir sur les trottoirs pour gagner en vitesse. Côté ambiance, ça change vraiment des deux courses précédentes! J’étais habituée aux animations version Nike 2013/2014. Et la seule vraie animation était les supporters au km 5. Sarenza fournit à tous ceux-là le kit du supporter pour faire du bruit.

Et là repart. J’adore le parcours, on remonte vers les Gobelins puis vers le 9ème Km, des organisateurs nous proposent la gauche pour les 10km et à droite pour les 15km.

Comme j’ai perdu mes copines sur le parcours, et que courir sans vraiment courir avec le monde qui te bloquent, j’opte à la dernière minute pour le 10km. Tant pis! Je ferai d’autres 15km. Heureusement, à ce niveau là, c’était très bien indiqué donc aucun soucis pour la bifurcation.

Même pour aller plus vite sur la finish ligne, ce n’était pas possible. Et pourtant j’avais encore du jus. Allez, je finis et je vais récupérer cette médaille collier. Mais certaines copines ne l’auront pas.

Je retrouve Soo Ing et on papote. On se dirige vers la sortie et les ravitaillements. Impressionnant d’ailleurs, ils avaient bien prévu les bouteilles d’eau, les fruits et les barres de céréales. Et ça, c’est un bon point.

Je repars avec Soo Ing et son adorable petit garçon vers les consignes. Et là c’est encore la queue. Je n’ai vraiment pas la patiente car c’est vraiment trop long. J’avoue j’ai abusé : j’ai présente un pseudo bracelet en disant je suis VIP (chose que je ne suis absolument pas) et je gagne 30 mn. Oui, je sais ce n’est pas bien! Je m’en excuse mais sur le coup, je n’ai pas pu.

Je récupère mon sac aux consignes et je découvre qu’il n’y a personne. Pourquoi nous font-ils attendre dehors alors qu’il n’y a personne là-haut? Bref.

Je repars pour tenter un massage avec les supers masseurs que je connais bien. Ils sont aussi coachs à l’Usine. Mais là aussi, je n’ai pas eu la patience d’attendre avec des filles qui attendaient pour les massages, le photocall, la terrasse. J’ai laissé et j’ai préféré rentrer chez moi.

Puis, vers le ravitaillement je retrouve les filles de la Boost Champs Elysées. On échange quelques mots! Et il y a des championnes dans l’équipe.

Mon résultat : je ne sais pas car j’avais opté pour une non-publication de mon résultat. Mais je m’attendais à recevoir le résultat par sms ou email. Rien. Tant pis

Et je rencontre Sabrina et Fred de ma team de cœur Run2Fun. Elle fut blessée au 13ème et me raconte qu’il n’y avait personne de compétent pour l’aider. Et n’a pas eu de médaille.

Voilà, voilà mon sentiment. J’étais moins dedans cette année. Les nombreux petits couacs au niveau organisation me laissent dubitative quant à une prochaine participation. Il va falloir que Nike se réveille et se renouvelle par rapport à cette course pour éviter un essoufflement. Ou alors, ne pas vendre sur rêve aux filles!

Je voulais tout de même féliciter les filles de la team Nadiarunsparis qui se sont dépassées et sont au top! Et ma copine Agnés qui a fait 44′ sur ce parcours pas évident. Et remercier tous les copains qui nous encourageaient.

Je finis par quelques mots de ma copine super coureuse et apprentie-philosophe Flora Bdt:

 » ll faut comprendre que ce qui se joue dans une course, ce sont surtout des émotions, des pensées, des sentiments, des espoirs, des victoires, des trucs que seules vous vous pouvez percevoir.
Une course réussie est une course qui vous transforme, qui vous enlève un doute, qui vous comble d’un vide, qui augmente la bienveillance que vous pouvez avoir envers vous-même, qui vous rend un peu plus forte. »

Bisous à toutes, j’étais ravie de vous revoir.

Nadia