Alors que beaucoup d’amis se trouvaient pour les 10km Paris-Centre ou sur l’Oddysea, j’avais décidé de courir pour mon ami Mathieu qui oeuvre pour l’association les Amis de Mikhy

Je n’ai pas du tout entendu le réveil sonner et je me réveillais avec précipitation. Je sentais que j’avais besoin de sommeil mais je devais absolument me secouer. Chose rare, je n’avais pas préparé mon sac la veille. Pour ne pas réveiller les enfants, je prenais rapidement la première paire de baskets que je voyais, des Nike Free. Mauvaise idée, vous comprendrez pourquoi par la suite.

Mon sac à dos est fait à une vitesse. Je prends mon passe-navigo et je vais vite au point de rendez-vous donné par Mathieu avenue Foch. J’y arrive à temps et je me rends compte de la fraîcheur automnale. Je n’ai pas pris de coupe-vent, ni de pantalon chaud. J’ai vraiment froid. Je regrette déjà de ne pas avoir préparé correctement mon sac.

Mathieu arrive avec Ahmed et direction Rueil-Malmaison pour récupérer le reste de l’Equipe puis pour partir dans le Gymnase de Vaucresson. Nous portons tous avec le tshirt et la casquette de l’Association. Lysiane et Aurélie partent rapidement pour la marche de 12km. On sent que le réveil ne fut pas facile pour nous.

Nous avons le temps d’accompagner les randonneuses à la ligne d’arrivée, c’est à 1km. Petit échauffement. Pour le retour au gymnase, une navette électrique nous propose de rentrer au Gymnase. Normalement, nous devrions aller plus vite qu’à pied. Bien mal nous a pris car le chauffeur était un peu à la masse je crois. Très gentil mais passer par Versailles pour aller à 1km, il fallait le faire. Je n’avais pas poser mon sac aux consignes. Je stresse un peu car je déteste arriver en retard. On lui fait remarquer un autre passage. Il nous répond qu’il ne veut pas d’amende. En revanche, quand il passe la durée au téléphone, il n’a pas peur d’une amende. Nous lui disons honnêtement ce qu’on pense. Nous étions tous hallucinés.

Je retrouve Fiona et Laura, qui m’accompagnait sur mes deux précédents marathons. Elles s’aligneront sur le 20km. Je reste humble cette semaine, surtout avec la sortie longue de 24km le vendredi.

Allez, il faut vite repartir sur la ligne d’arrivée, le départ est imminent. Malgré l’aventure de la navette, je décide de réiterer l’expérience. Mince, c’est le même chauffeur. Mathieu et ses acolytes ratent le bus. Mais ils me retrouveront sur la ligne d’arrivée pour les photos. Ils partent 20 mn après moi, ils ont encore de la marge.

Pour l’échauffement, c’est Gérard Holtz qui donne le ton. Il est très entrainant et je pense que c’est le froid qui le motive. Paul Belmondo donne le départ. C’est parti pour la traversée dans les bois.

Évidemment, je n’avais vu le parcours et je ne pensais pas que le terrain serait aussi accidenté. Bref, j’avais mis des Nike Free. Certes légères mais pas du tout adaptés à ce terrain. Je regrettais mon manque exceptionnel d’organisation.

Néanmoins, j’avançais bien et je trouvais un bon souffle. J’ai vraiment couru aux sensations sans regarder la montre et sans écouteurs. Les premiers kilomètres sont agréables malgré les pierres et les chemins de terre. Je sens même les épines des bogues à travers ma chaussure. C’est fou ce qu’on réfléchit quand on court.

Je prends en ligne de mire certaines filles et finalement je les dépasse tranquillement tout en gardant mon rythme. Certaines s’arrêtent à cause des points de côté. D’autres sont rougissantes.

Une fois passée la première petite côte, je reprends mon souffle et là en face arrive la belle côte. Vue d’en bas, elle a l’air bien costaude. J’ai envie de prendre une photo mais je suis chargée avec une veste autour de la taille. Les filles commencent à marcher. Je décide de ralentir et de monter la côte plus tranquillement en prenant de longs souffles. J’y arrive et nous repartons sur du plat. L’arrivée est proche, encore 2,5km sur route et ce sera fini. Peu de monde sur la course, nous ne sommes que 180 partantes.

L’arrivée est imminente. Je passe l’arche en 39′. Je suis satisfaite car je sens que je retrouve mon souffle d’antan. J’ai encore beaucoup de marge par rapport à avant mais la patience est une grande qualité.

Je récupère le verre en plastique recyclable offert par l’Ecorun surtout pour l’eau. J’ai très soif malgré l’air sec. Je récupère ma médaille et je me dirige vers le ravitaillement. Évidemment, vu mon retard matinal, je n’avais pas eu le temps de manger. Peu de monde sur le village d’arrivée. Certaines sont parties se réchauffer vite dans le gymnase. J’en profite pour me faire masser (shiatsu) pendant 15mn. J’étais bien.

Je reviens pour encourager les coureurs du 12km et j’ai l’agréable surprise de retrouver Delphine puis Syn. Elles ont fait du bon boulot. Syn me fera remarquer mes Free  » erreur fatale ». Nous discutons un bon moment sur les courses hors-stade. Cela donne envie de sortir de la capitale.

Je retrouve les autres membres de l’association qui ont fait des supers temps. Mais comme je devais partir, je n’avais pas eu le temps de les retrouver.

En résumé, cette course me donne envie de sortir des courses sur route. J’y réfléchis bien pour l’année prochaine.

Si vous souhaitez aider l’association les amis de Mikhy ou rejoindre la team de coureurs solidaires, n’hésitez pas.

Site Les amis de Mickhy ou leur page facebook

 

 

 

IMG_5740.JPG

IMG_5741.JPG

IMG_5742.JPG

IMG_5739.JPG

IMG_5743.JPG

IMG_5743-0.JPG